2018-2020 : des promenades disjointes sur la Petite Ceinture

, par Bruno Bretelle

En ce printemps 2019, nous faisons le point dans cet article sur la situation actuelle des trois piliers du projet de la Ville pour cette mandature : nouvelles promenades, valorisation économique, chantiers participatifs, ainsi que sur l’état d’avancement des aménagements de promenades actuellement menés par la Ville de Paris. Ces promenades sont décrites dans l’article de ce site intitulé « Ouverture au public de tronçons de la Petite Ceinture d’ici 2020 : le saut vers l’inconnu » et leur contexte général est présenté dans l’article consacré à la situation de la Petite Ceinture. Cet article est illustré par les films réalisés par François Godard sur les travaux en cours.

 1- Les trois piliers du projet de la Ville

Le projet de la Ville de Paris pour la mandature 2014-2015 repose sur trois piliers : l’ouverture de nouvelles promenades, la valorisation économique et une forme de conduite du changement, les chantiers participatifs.

Si la Ville de Paris souhaite dès l’ouverture de la promenade réversible du 15e arrondissement durant l’été 2013 s’inspirer de la High Line new-yorkaise en associant l’ouverture de nouvelles promenades sur la Petite Ceinture et un projet de valorisation économique, il faut attendre la signature du protocole-cadre le 17 juin 2015 entre SNCF Réseau, SNCF Mobilités et la Ville de Paris pour qu’elle lance une réflexion sur la valorisation économique d’espaces de la Petite Ceinture. Rappelons que ce protocole « a pour objet de développer conjointement les nouveaux usages pour la Petite Ceinture ferroviaire de Paris dans le respect de son origine et de son histoire et en tenant compte des évolutions d’usages intervenues depuis plusieurs décennies et des perspectives pour son devenir. Aux termes de ce protocole, les partenaires ont confirmé leur volonté que soient préservées la continuité de la petite ceinture et la réversibilité des aménagements qui pourraient y être réalisés, afin de ne pas obérer les potentiels de transport pour le futur. » [1]

Cette volonté de valorisation économique donne lieu à la réalisation d’une estimation des ressources externes pouvant être générées par des redevances d’occupation à partir du second semestre 2015 (découvrir ici les détails de cette étude), au dépôt de la marque « Petite Ceinture Paris » en janvier 2016, au lancement d’appels à projets destinés à des partenaires privés depuis 2017 et à la présentation en septembre 2018 au Conseil de Paris d’un projet de société commerciale de type SAS (Société à Actions Simplifiées).

Mais le 25 septembre 2018, ce projet de SAS est retiré de l’ordre du jour du Conseil de Paris car une majorité n’a pu être trouvée, provoquant l’échec du projet de valorisation économique Des critiques de fond, émises par des groupes appartenant tant à la majorité qu’à l’opposition municipale, portent sur la transformation de la Petite Ceinture en « centre commercial à ciel ouvert » et sur le fait que « les maires d’arrondissement, les élu-e-s de l’opposition ne pourront donc pas y siéger, et encore moins des représentants des habitants et du mouvement associatif ». [2] [3]

Pour découvrir tous les détails de ces actions de valorisation, cliquer sur ce lien.

La marque « La Petite Ceinture Paris »
Marque déposée le 22 janvier 2016 à l’INPI.

Pour accompagner l’ouverture de nouvelles promenades, la Ville de Paris souhaite mettre en œuvre des concertations locales afin de faire participer les habitants des quartiers concernés à la conception de micro-aménagements à réaliser sur la Petite Ceinture. Cette opération permet également de sensibiliser les habitants, notamment les riverains, à l’ouverture au public de nouveaux espaces de la Petite Ceinture et à apaiser leurs craintes.

Gwenaëlle De Kerret préconise qu’en partant du succès de la High Line de New York (lire notre analyse de la High Line dans cet article) « comme dispositif urbain apprécié, et contribuant à l’image de la ville », notamment grâce à la création de la marque « High Line », qui « a permis de valoriser le dispositif, en lui construisant une identité cohérente, attrayante et médiatique », des « études de publics » pourraient être mises en œuvre pour des espaces qui « mériteraient un relooking similaire, pour renouveler les usages et attirer un public plus large ». Ces études de publics s’articuleraient selon elle autour de deux réalisations :

  • « D’une part, l’interrogation des usagers, citadins et touristes (méthodes qualitatives, quantitatives et ethnographiques) permettrait de définir usages, attentes et représentations du lieu. »
  • « D’autre part, la sémiotique, en appréhendant l’espace comme un message, favoriserait une meilleure compréhension des enjeux d’ergonomie et d’image, pour mettre à jour les opportunités spatiale (aménagements) et identitaires (positionnement et communication). » [4]

À Paris, ces études de publics prennent la forme de chantiers participatifs mis en place par la Ville, dont l’objectif est « de tester en vraie grandeur les aménagements et usages, en amont d’un élargissement à des séquences plus grandes si le bilan est positif » [5]. Une première phase est réalisée pendant le second semestre 2016), suivie d’une seconde phase réalisée d’avril 2017 au printemps 2019).

 2- Les promenades prévues

Afin d’ouvrir des espaces de la Petite Ceinture au public, la Ville de Paris et la SNCF ont signé des conventions juridiques concernant :

  • Les 13e, 14e et 15e arrondissements, de l’embranchement du tunnel des Gobelins jusqu’au niveau de la place Balard (convention de superposition d’affectations signée en décembre 2016) ;
  • Les 12e, 20e et 19e arrondissements (convention de superposition d’affectations signée en juillet 2018),
  • La tranchée Pereire dans le 17e arrondissement (convention de transfert de gestion signée en septembre 2018).

La répartition des rôles entre la SNCF et la Ville de Paris dans le cadre de ces conventions est présentée dans cet article de notre site. La signature d’une convention n’est pas prévue durant la mandature 2014-2020 pour la partie de la section comprise entre les voies de la gare Paris-Saint Lazare aux Batignolles (17e arrondissement) et la porte de La Chapelle (18e arrondissement).

Les aménagements de promenades réalisés par la Ville de Paris respectent la notion de réversibilité et de maintien du gabarit ferroviaire. Par ailleurs, la Ville préfère minimiser le coût des nouvelles promenades et leur impact sur les paysages. Par conséquent, aucun ascenseur n’est installé sur les nouvelles promenades, contrairement à ce qui a été fait en 2013 sur la promenade aménagée dans les 15e arrondissement. Le nombre de nouveaux escaliers est quant à lui minimisé, ce qui explique la réutilisation d’escaliers de service de la SNCF (comme avenue Jean Moulin dans le 14e arrondissement) et l’utilisation d’accès à niveau depuis la voirie ou des jardins existants (comme le square Charles Peguy dans le 12e arrondissement). Pour les ascenseurs, une raison supplémentaire pour ne pas en installer est le coût élevé de la maintenance rendue nécessaire par des incivilités. Enfin, à l’instar du Sentier nature du 16e arrondissement et des promenades déjà ouvertes dans les 15e et 13e arrondissements, ces nouvelles promenades ne sont pas éclairées la nuit. Par conséquent, elles ne sont ouvertes que la journée aux heures d’ouverture des parcs et jardins de la Ville de Paris.

Par rapport à la promenade aménagée dans le 15e arrondissement en 2013, durant la précédente mandature, ces nouvelles promenades disposent d’aménagement beaucoup plus légers. Le budget d’investissement annoncé pour les 4,4 kilomètres de nouvelles promenades prévues dans les 12e, 14e, 16e, 17e, 19e et 20e arrondissements est de 10 millions d’Euros pendant la mandature actuelle. Soit un coût moyen d’environ 2,3 millions d’Euros par kilomètre, ce qui représente environ la moitié du coût moyen du kilomètre (4,5 millions d’Euros) de la promenade du 15e arrondissement.

Nous présentons à présent les aménagements de promenades par ordre chronologique des ouvertures.

Plan de la Petite Ceinture - état au printemps 2019
Carte composée par ©Bruno Bretelle. Cliquer pour agrandir.

 2.1- La promenade du 20e

Le 3 novembre 2018, la promenade aménagée dans la tranchée de la Petite Ceinture située au cœur du quartier de Ménilmontant, est ouverte au public. Elle est comprise entre la rue des Couronnes et la rue de Ménilmontant, à la hauteur de l’ancienne station Ménilmontant du service métropolitain de la Petite Ceinture.

Situation de la promenade du 20e arrondissement à Ménilmontant
Cliquer pour agrandir.

Cette promenade est longue de 220 mètres et s’étend sur 5 000 m2. Cliquer ici pour découvrir ses horaires d’ouverture. Vu sa faible longueur, cette promenade est plutôt un « square ferroviaire ». Elle est franchie par la fameuse passerelle piétonne de la rue de la Mare. Cette passerelle, construite vers 1900, doit être prochainement rénovée par la Ville de Paris. Lire cet article de notre site pour en savoir plus sur l’histoire et la rénovation de la passerelle de la rue de la Mare.

Dans le reportage de François Godard ci-dessous sont présentés les aménagements réversibles de cette promenade et l’histoire du site. La voie intérieure est recouverte de grave sur l’ensemble du linéaire de la promenade et une circulation ferroviaire est toujours possible sur la voie extérieure.

https://youtu.be/y7v2GC6hoWE

 2.2- La promenade du 12e

Dans le 12e arrondissement, la Ville de Paris est en train d’aménager une promenade entre la rue de Charenton et l’avenue de Saint-Mandé, longue de 1670 mètres. L’ouverture de cette promenade est prévue durant l’été 2019 en deux étapes : à partir de début juillet pour la site de la station de la Rue Claude Decaen et à partir de fin août pour le reste.

Situation de la promenade du 12e
Cliquer pour agrandir.

Contrairement à ce qui était initialement prévu, la voie intérieure est finalement recouverte de grave sur l’ensemble du linéaire de la promenade. Une circulation ferroviaire est toujours possible sur la voie extérieure. Cette promenade, contrairement à la Coulée Verte René Dumont, est traitée comme « un sentier ferroviaire de randonnée », du fait de la légèreté des aménagements.

Dans le reportage de François Godard ci-dessous sont présentés les aménagements réversibles de cette promenade.

https://youtu.be/-T-9VQyV7kg

 2.3- La promenade du 14e

Dans le 14e arrondissement, la Ville de Paris est en train d’aménager une promenade longue de 746 mètres entre la rue Didot et l’avenue du Général Leclerc au droit de l’ancienne station de Montrouge-Ceinture récemment restaurée. L’ouverture de cette promenade est prévue pour l’été 2019.

Situation de la promenade du 14e
Cliquer pour agrandir.

Contrairement à ce qui était initialement prévu, la voie est finalement recouverte de mulch sur l’ensemble du linéaire de la promenade. La légèreté de l’aménagement est destinée à créer ce que la Ville nomme « un sentier d’observation ». [6]

Dans le reportage de François Godard ci-dessous sont présentés les aménagements réversibles de cette promenade.

https://youtu.be/-tlYr6thM8Q

 2.4- La promenade du 17e

Dans le 17e arrondissement, la Ville de Paris est en train d’aménager une promenade dans la tranchée du Boulevard Pereire, entre les rues de Saussure et Alphonse de Neuville. Cette promenade est longue de 713 mètres et s’étend sur 18 000 m2. Cette section de l’ancienne ligne d’Auteuil est déclassée du domaine ferroviaire, mais appartient toujours à la SNCF.

Situation de la promenade du 17e Tranchée Pereire
Cliquer pour agrandir.

Aucun équipement n’est prévu à part l’aménagement de la voie extérieure pour le confort des promeneurs : les traverses sont ainsi recouvertes d’un géotextile qui pourra accueillir de la grave, un mélange de sable et de gravier. L’installation de deux escaliers est prévue au niveau des rues de Saussure et de Tocqueville, mais pas celle d’un ascenseur, vu les coûts d’installation et de maintenance, ce qui rend cette promenade difficilement accessible aux personnes à mobilité réduite.

Dans le reportage de François Godard ci-dessous sont présentés les aménagements réversibles de cette promenade.

https://youtu.be/IAB9g8ctro4

L’ouverture de cette promenade est prévue pour l’été 2019.

Lors de la réunion publique organisée le 21 mai 2019 au sujet de cette promenade, la Mairie du 17e arrondissement a émis le souhait de réaliser un retour d’expérience trois mois après l’ouverture. Un article du quotidien Le Parisien relate les inquiétudes locales [7].

Notons également qu’un micro-aménagement a été réalisé début 2019 à la hauteur de la rue Ernest Roche dans le cadre des chantiers participatifs. Voir le reportage ci-dessous pour le découvrir :

https://youtu.be/uLm_doV7DG8

 2.5- Les promenades du 19e

Dans le 19e arrondissement, la Ville de Paris prévoit d’aménager deux promenades :

  • Une promenade de 590 mètres de longueur entre le parvis de la gare Rosa Parks du RER E et l’avenue de Flandre,
  • Une promenade de 223 mètres de longueur entre la rue de Thionville et l’avenue Jean Jaurès.
Situation de la promenade du 19e Rosa Parks-Avenue de Flandre
Cliquer pour agrandir.

Plan masse de la promenade entre la gare Rosa Parks et l’avenue de Flandre
Cliquer pour agrandir. Source : Ville de Paris.

Situation de la promenade du 19e rue de Thionville-Avenue Jean Jaurès
Cliquer pour agrandir.

Plan masse de la promenade prévue entre la rue de Thionville et l’avenue Jean Jaurès
Cliquer pour agrandir. Source : Ville de Paris.

L’ouverture de ces promenades est prévue pour le premier trimestre 2020.

 2.6- Le prolongement du Sentier nature

Dans le 16e arrondissement, la Ville de Paris prévoit de prolonger le Sentier nature de 230 mètres le long du boulevard de Montmorency en direction de l’ancienne gare d’Auteuil-Boulogne.

L’ouverture est annoncée par la Ville de Paris en 2019 ou 2020, en lien avec la réalisation du programme de logement de la porte d’Auteuil.

Notons également l’aménagement d’un jardin partagé avec plantation d’arbres fruitiers à l’extrémité des quais de l’ancienne station Passy-La Muette, comme le montre ce film :

https://youtu.be/ULqBzBPljbo

 3- La Fête de la Petite Ceinture

Nous avons appris récemment que la Ville de Paris prévoit d’organiser le 31 août 2019, sur huit tronçons de la Petite Ceinture, un événement qu’elle nomme « la Fête de la Petite Ceinture ». L’objectif de cet évènement est de permettre à la Ville de communiquer sur l’ouverture de nouvelles promenades. Un évènement que notre Association suit avec intérêt.