Gare de Montrouge-Ceinture (1867)

, par Bruno Bretelle

Plan du quartier de la gare Montrouge-Ceinture vers 1910

Adresse : 126 avenue d’Orléans (aujourd’hui avenue du Général Leclerc).

Cette station est située près de la porte d’Orléans, dans le 14e arrondissement.

Elle est ouverte aux voyageurs de la Petite Ceinture entre le 25 février 1867 et le 22 juillet 1934.

Personnel de la gare de Montrouge-Ceinture
Le chef et le sous-chef de gare, les receveurs et les hommes d’équipe posent sur le quai intérieur de la station. Au fond, le pont de la rue Friant. Carte-photo écrite le 7 mars 1913.

 Architecture

Le bâtiment est placé à cheval sur les voies et identique aux bâtiments des stations La Glacière-Gentilly (renommée par la suite Parc de Montsouris) et la Maison-Blanche.

Gare de Montrouge-Ceinture et entrée du tunnel de Montsouris en 1867
Gravure parue dans l’hebdomadaire l’Illustration en 1867.

Ce type de bâtiment est également présent, avec des variantes, sur la ligne d’Auteuil, comme la station Péreire-Levallois et sur l’actuelle ligne de tramway T2 (station Pont de Sèvres). Ce qui est logique, étant donné que les bâtiments voyageurs de la Petite Ceinture Rive Gauche (13e, 14e et 15e arrondissement) furent conçus par des ingénieurs de la Compagnie de l’Ouest, compagnie qui exploitait les lignes de la banlieue Saint-Lazare et la ligne d’Auteuil.

Schéma des stations à cheval sur les voies de la Petite Ceinture Rive Gauche. Élévation du côté de la chaussée.
Cette architecture, de style classique, est typique de la Compagnie des Chemins de fer de l’Ouest qui construisit les gares de la Petite Ceinture Rive Gauche, de la ligne d’Auteuil et de l’actuelle ligne de tramway T2 (gare du Pont de Sèvres).

Laissons la parole à M. Marin, Ingénieur du chemin de fer de l’Ouest [1] :

« La construction de cette partie du chemin de fer de ceinture où les voies sont dans des tranchées de 8 à 10 mètres de hauteur a nécessité cette position des gares qui se trouvent [...] construites sur un tunnel dans lequel passent les trains. Cette disposition est très avantageuse en ce sens que les voyageurs descendent sur chacune des voies sans avoir à sortir de la gare ni passerelle à traverser, ce qui arriverait naturellement dans le cas d’une gare construite sur l’un des côtés de la voie.

Ces gares pouvant se comprendre dans le type troisième classe sont un parfait modèle de disposition en ce qui concerne le service des voyageurs particulièrement, car [...] l’encombrement de la foule ne peut avoir lieu, et il peut s’y faire un service relativement plus considérable qu’on n’est en droit de l’attendre dans des gares aussi restreintes.

 Description générale

Ces gares sont distribuées de façon à permettre la circulation rapide des voyageurs. Le service du chemin de ceinture est, comme on le sait, de desservir les différents quartiers de Paris. Or comme les trains sont distancés d’heure en heure, et même de demi-heure en demi-heure le dimanche, il faut donc qu’au moment des trains la circulation soit prompte et facile.

Plan en coupe de la gare-pont en forme de pavillon
Les fondations du bâtiment des voyageurs reposent sur les montants du pont, la gare et le pont ne faisant qu’un.


Plan en élévation côté voies de la gare de Montrouge-Ceinture
Le bâtiment se présente comme un élégant pavillon donnant accès aux quais par deux escaliers en pierre.

Au rez-de-chaussée [...] se trouve un grand vestibule ou salle des pas perdus faisant face sur la rue. Les voyageurs voient en entrant le bureau des billets et celui de l’enregistrement des bagages ; de chaque côté de ces bureaux se trouve un passage où passent les voyageurs après avoir pris leurs billets.—Ces passages conduisent dans la salle d’attente proprement dite, d’une part, et d’autre part, sur chacun des grands escaliers conduisant aux quais ; de cette façon point de fausse direction : les voyageurs eux-mêmes, au bout de quelque temps, savent parfaitement lequel des passages, celui de gauche ou de droite, ils doivent prendre selon le sens de leur direction. On peut remarquer ici que cette disposition offre d’autres avantages au point de vue du personnel. En effet, ces gares n’ayant dans chaque passage qu’une seule porte d’accès sur les voies, un seul employé peut donc faire ce service très-facile, comme on le voit, aussi bien pour faire monter les voyageurs en voiture que pour recevoir les billets de ceux qui arrivent et qui sont forcés de passer par ce même passage. Ce n’est donc pour celui-ci qu’une question de droite ou de gauche selon le train qui arrive.

Dans le cas du croisement des trains dans l’une de ces gares, la nécessité d’un autre employé deviendrait urgente, car, les trains arrivant en même temps dans chaque direction, il faudrait absolument un employé dans chaque passage, aussi bien pour le contrôle des billets que pour empêcher les voyageurs de prendre une fausse direction.

Plan du rez-de-chaussée et des escaliers d’accès aux quais de la gare de Montrouge-Ceinture

Le premier étage de ces stations est affecté au logement du chef de gare ; il se compose d’une cuisine, trois chambres à coucher et une salle à manger. Comme cette partie du bâtiment est en retraite de 3m,20 du rez-de-chaussée, l’espace résultant de cette retraite a été transformé en terrasse à la disposition du chef de gare.

Plan de l’étage de la gare de Montrouge-Ceinture

 Détails de construction

La construction de ces stations jusqu’au premier étage est en pierres de taille et en briques.

Le socle, les pilastres, les chambranles et les corniches sont en pierres de taille, et les remplissages en briques.

La partie supérieure formant premier étage n’est construite qu’en pans de bois.
 »

Façade de la gare de Montrouge-Ceinture du côté de la rue Beaunier.
Un style typique de la Compagnie des Chemins de fer de l’Ouest.


Façade de la gare de Montrouge-Ceinture
Photographie prise depuis l’actuelle avenue du Général Leclerc.

En 2017, 150 ans après sa mise en service, le bâtiment est restauré pour ouvrir au public à l’automne 2017. Lire cet article pour obtenir plus de détails.

Façade du bâtiment de la station Montrouge-Ceinture sur l’avenue du Général Leclerc
L’espace de l’ancienne petite cour latérale à droite du bâtiment a été dégagée. Cliché pris le 15 juillet 2017. Bruno Bretelle tous droits réservés. Cliquer pour agrandir.

Façade du bâtiment de la station Montrouge-Ceinture vers 1900

Façade du bâtiment de la station Montrouge-Ceinture sur l’avenue du Général Leclerc
Cliché pris le 15 juillet 2017. Bruno Bretelle tous droits réservés. Cliquer pour agrandir.

Coupe du pont-route, du batiment des voyageurs et des escaliers de la gare de Montrouge-Ceinture.
Le bâtiment des voyageurs est posé sur la voûte du pont-route ; les maçonneries s’étendent jusqu’à l’extrémité des escaliers. Plan de 1867.


Vue des quais de la gare de Montrouge-Ceinture depuis la rue Friant.
Un train circulaire, ayant pour origine et destination la gare du Nord et venant de sortir du tunnel de Montsouris, entre en gare. Les talus dotés d’une végétation luxuriante isolent le monde de la tranchée du chemin de fer de Ceinture de la ville. Le bâtiment des voyageurs et ses imposants escaliers jouent le rôle d’embarcadère pour ce monde dont le décor aurait pu inspirer le Douanier Rousseau qui ne vivait pas bien loin, quelque part dans le quartier Plaisance.

L’article des Nouvelles Annales de la Construcion consacrée aux gares-ponts de la Petite Ceinture Rive Gauche
L’auteur de cet article, ingénieur des Ponts et Chaussées, finit sa carrière à la tête de la Compagnie des Chemins de fer de l’Ouest.

Profil des marquises de quai des gares de la Petite Ceinture Rive Gauche


Profil des marquises des escaliers des gares de la Petite Ceinture Rive Gauche
Profil établi au niveau du palier de l’escalier intermédiaire entre le bâtiment voyageurs et les quais.

Lambrequin des marquises de quai des gares de la Petite Ceinture Rive Gauche

Colonnes des marquises de quai des gares de la Petite Ceinture Rive Gauche

 Usage du bâtiment de 1934 à 2011

Après la fermeture de la gare au service des voyageurs le 22 juillet 1934, un service de messageries subsista dans une partie du bâtiment. L’entrée était alors située rue de Coulmiers. La partie du bâtiment située le long de l’actuelle avenue du Général Leclerc fut rapidement occupée par un café nommé « Le Relais de Montrouge ».

En 1935, un magasin d’habillement fut construit sur la terrasse de la maçonnerie établie le long du 122 de l’avenue du Général Leclerc. Auparavant, cette terrasse servait sur 19 mètres de profondeur de jardin pour le chef de gare !

En 1936, un magasin de fruits et légumes ouvrit à l’angle de la rue de Coulmiers et de l’avenue du Général Leclerc.

Un magasin de produits audio (radios, etc.) dénommé « Odiovox » occupa également la gare durant l’après-guerre. [2]

 Réhabilitation du bâtiment des voyageurs

Cette station fait l’objet depuis 2007 de la mobilisation du Conseil de Quartier Jean Moulin - Porte d’Orléans pour sa préservation et sa réhabilitation en lieu de vie de quartier.

Illustration du projet de réhabilitation étudié par le Conseil de Quartier Jean Moulin-Porte d’Orléans.


Travaux de démolition du parking situé à l’arrière de la gare de Montrouge-Ceinture
Travaux réalisés en juillet et août 2014. Cliché : Stéphane Dos Santos Tous Droits Réservés.

 Villa Virginie

Voici des vues de la tranchée de la Petite Ceinture à la hauteur de l’actuelle Villa Virginie.

Vue de la tranchée de la gare de Montrouge-Ceinture
Photographie prise depuis l’actuelle rue du Père Corentin. Sur la gauche, à la place de la halle, se trouve aujourd’hui la Villa Virginie.


Vue de la tranchée de l’actuelle Villa Virginie.
Un train circulaire, parti de la gare de Nord, sort du tunnel de Montsouris et se dirige vers la gare de Montrouge Ceinture. Au fond, l’actuelle rue du Père Corentin.


Gros plan sur le train circulaire Paris Nord-Paris Nord dans la tranchée longeant l’actuelle Villa Virginie.
On aperçoit la signalisation mécanique de la Petite Ceinture.

 Aller plus loin

 Bibliographie

Notes

[1M. Marin, Ingénieur du chemin de fer de l’Ouest. Stations de Montrouge, Gentilly et Maison-Blanche
(Chemin de fer de ceinture)
. Nouvelles Annales de la Construction, colonnes 82-83, planches 41-42, 14e année, n°166, octobre 1868

[2Centre des Archives de la SNCF, carton 3LM2210