Situation de la Petite Ceinture dans le Réseau Ferré National

, par Bruno Bretelle

Rappelons les spécificités de la Petite Ceinture ferroviaire, qui la distinguent de bien d’autres voies ferrées françaises :

  1. Elle est une voie ferrée située dans l’hypercentre de l’agglomération francilienne ;
  2. Elle interconnecte dans Paris les lignes radiales du réseau national qui desservent les gares terminus parisiennes ;
  3. Elle est une ligne de rocade qui de ce fait intercepte le relief parisien (vallées et collines) dans sa diversité, ce qui explique la présence de nombreux tunnels sur une aussi courte distance.

 1- Sections appartenant au réseau Ferré National

Les sections Sud, Est et Nord de la Petite Ceinture sont inscrites au Réseau Ferré National [1] et [2]. Par ailleurs, la Petite Ceinture n’est pas ouverte actuellement au service commercial par SNCF Réseau [3] ; elle est mentionnée comme « ligne non exploitée » dans la carte complète du Réseau Ferré français en 2017.

La Petite Ceinture sur la carte du Réseau Ferré français en 2017
Document de SNCF Réseau accessible sur cette page


Légende de la carte du Réseau Ferré français en 2017
Document de SNCF Réseau accessible sur cette page

 2- Sections déclassées ou disparues

Trois sections n’apparaissent pas sur la carte complète du Réseau Ferré français en 2017.

La section comprise entre la porte d’Auteuil et l’actuelle station « Pont du Garigliano » du RER C, occupée par le viaduc d’Auteuil, est démolie vers 1960 pour laisser place au pont du Garigliano. Elle est la seule section de la boucle ferroviaire à avoir physiquement disparu.

La section de la ligne d’Auteuil située dans le 16e arrondissement et comprise entre les anciennes stations de Passy-La Muette et d’Auteuil-Boulogne est déclassée en 2008 [4]. Cependant, si elle dite fermée ou déclassée, c’est à dire qu’elle a perdu son usage ferroviaire, elle est toujours propriété de SNCF Réseau tant qu’elle n’est pas retranchée du domaine public ferroviaire.

Une autre section de la ligne d’Auteuil, comprise entre les stations Pereire-Levallois et Pont-Cardinet, dans le 17e arrondissement, est déclassée en 2013 [5]. Cependant, si elle dite fermée ou déclassée, c’est à dire qu’elle a perdu son usage ferroviaire, elle est toujours propriété de SNCF Réseau tant qu’elle n’est pas retranchée du domaine public ferroviaire.

 3- Conclusion

L’emploi des qualificatifs « désaffectée » ou « ancienne » pour la Petite Ceinture est donc erroné pour les sections Sud, Est et Nord de la Petite Ceinture. Certes, des travaux relatifs à des opérations d’urbanisme (ZAC Seine Rive Gauche dans le 13e arrondissement, travaux de la gare Rosa Parks du RER E dans le 19e arrondissement, ZAC Batignolles dans les 17e arrondissement) obligent à couper provisoirement la voie, le temps que ces travaux soient terminés. Ces coupures empêchent temporairement la circulation de trains sur certains tronçons de la Petite Ceinture, mais ne remettent pas en cause son statut ferroviaire.

Par ailleurs, la Petite Ceinture fait l’objet depuis mars 2006 d’un entretien régulier réalisé par une quarantaine de personnes appartenant à des associations d’insertion travaillant pour le compte de Réseau Ferré de France et de la SNCF. [6]

L’objectif de ces associations est de nettoyer la plate-forme de la Petite Ceinture des déchets jetés par ceux qui la confondent avec une décharge, de maintenir dégagé de toute végétation le gabarit ferroviaire autour des voies, afin de permettre la circulation d’un train à tout moment, et d’entretenir la végétation autour des voies.

Buddleia de David (ou arbre à papillons)


Sachets de graines récoltées par les membres du chantier d’insertion d’Interface Formation
Graines récoltées dans les 12e et 20e arrondissements fin 2014. Cliquer pour lire la liste des plantes à gauche.

La flore actuelle de la Petite Ceinture est donc le fruit du travail de ces associations d’insertion et, d’une manière négative, de l’action des personnes qui pénètrent illégalement sur l’emprise de la ligne, piétinant la flore ou laissant des déchets. La Petite Ceinture n’est donc pas un lieu où la végétation est laissée à elle-même, sans aucune intervention humaine.

Par exemple, le nombre d’individus du Buddleia de David, également appelé « arbre à papillons », une espèce invasive apparue sur la Petite Ceinture dans les années Quatre-Vingt-Dix suite à la disparition du trafic ferroviaire régulier, a fortement régressé grâce au travail des associations d’insertion, permettant à d’autres espèces végétales de s’épanouir.