La réactivation d’un transport en commun de voyageurs sur la Petite Ceinture n’est-elle pas uniquement un projet de transport, et non un projet d’urbanisme ?

, par Association Sauvegarde Petite Ceinture (ASPCRF)

Qu’on en juge aux probables questions que susciterait un tel projet :
- Quels dispositifs seraient envisagés pour réduire les nuisances sonores et visuelles ?
- Faudrait-il couvrir la Petite Ceinture par endroits ? Dans ce cas, quels aménagements prévoir sur les parties couvertes ?
- Ne serait-il pas possible de profiter de cette remise en service pour rénover l’aménagement des quartiers traversés, comme ce fut le cas pour la mise en service du tramway T2 entre la Défense et Issy-Les-Moulineaux ?
- Que deviendraient les bâtiments des anciennes stations voyageurs ?
- Pourrait-on utiliser des arches des viaducs en maçonnerie de la Petite Ceinture, comme c’est le cas à Issy-Les-Moulineaux pour un viaduc du RER C ?
- Les surfaces inutilisées pour assurer un trafic ferroviaire (comme dans le 15e arrondissement, entre les rues E. Hemingway et du Hameau, ou dans le 20e arrondissement, entre le cours de Vincennes et la rue du Volga) ne pourraient-elles pas être libérées pour être loties ? Dans ce cas, quelles seraient leurs affectations ?
- Comment préserver la faune et la flore sauvage qui se sont développées ces dernières années sur certaines parties du tracé de la Petite Ceinture ?

Toutes les opérations immobilières portant sur des terrains jalonnant la Petite Ceinture entre le boulevard Victor et la porte de Clichy ont préservé le gabarit pour des circulations ferroviaires sur la double voie, même sur la section Sud où la ligne a été mise à voie unique dans les annés soixante. Ainsi, l’actuel projet de ZAC de la gare de Rungis, dans le 13e arrondissement, s’engage à respecter ce gabarit à double voie.
La remise en service d’un transport en commun de voyageurs permettrait d’accélérer l’aménagement des terrains délaissés subsistant le long de la ligne. Par contre, l’opposition de certains riverains rencontrée lors du projet de prolongement de la ligne T2 souligne la nécessité d’assurer une information et une consultation suffisante des habitants des quartiers traversés.