Étant donné que la démolition du viaduc d’Auteuil à la fin des années cinquante a entraîné la disparition d’une partie de la Petite Ceinture, l’Association propose-t-elle de reconstituer la ceinture d’origine ou préconise-t-elle un nouveau tracé ?

, par Association Sauvegarde Petite Ceinture (ASPCRF)

La reconstruction de la boucle complète via Auteuil serait envisageable mais très complexe et onéreuse. Cette situation résulte des importantes modifications générées par la construction de la branche Vallée de Montmorency-Invalides de la ligne C du RER dans les années 1980. Ainsi, de lourds travaux seraient à engager dans la perspective de recréer la boucle via Auteuil :
- Au niveau de la Porte de Clichy, il faudrait raccorder la section Nord de la Petite Ceinture à la ligne C du RER (en direction de Pereire-Levallois), au niveau du boulevard Berthier, à proximité du réseau de Paris-Saint Lazare. Le raccordement de Courcelles qui reliait les gares de Pereire-Levallois et d’Avenue de Clichy (Porte de Clichy) a en effet été profondément remanié lors de la construction de la ligne C du RER. Il n’existe donc plus de connexion entre l’actuelle ligne C du RER et la section de la Petite Ceinture ;
- Il serait nécessaire de remettre à quatre voies la section comprise entre la gare de Pereire-Levallois et celle de l’avenue Henri-Martin, aujourd’hui empruntée par la ligne C du RER. Réalisée en 1900 dans le cadre de la croissance de trafic liée à l’exposition universelle, la mise à quatre voies de l’emprise précitée n’a pas survécue à l’arrivée de la ligne C du RER, en 1988. En fait, jusqu’en 1985, année de fermeture de la ligne d’Auteuil, la plate-forme à quatre voies subsistaient. Malheureusement, la couverture totale des installations a entraîné l’aliénation d’une partie de la plate-forme d’origine. L’exploitation de la ligne C du RER ne nécessitant que deux voies, une partie de l’emprise a été vendue ou affectée à d’autres usages. Ainsi, entre les gares de Pereire-Levallois et de Neuilly-Porte Maillot, la moitié de l’emprise accueille des parkings souterrains ;
- La remise en service de la section Henri Martin- Auteuil Boulogne ne poserait pas de problèmes techniques majeurs (cela entraînerait essentiellement la suppression partielle des installations du restaurant situé dans la gare de Passy) mais plutôt des problèmes politiques locaux ;
- La reconstruction totale de la section comprise entre Auteuil Boulogne (porte d’Auteuil, 16e arrondissement) et le boulevard Victor (15e arrondissement) pose la question de l’itinéraire à emprunter. Faut-il traverser le boulevard Exelmans (parcours d’origine) ou le boulevard Murat et l’avenue de Versailles, via la Porte de Saint Cloud ?

Le passage par le 16e arrondissement est donc faisable mais moyennant des investissements lourds. Toutefois, nous considérons qu’il faut préserver les emprises situées entre les gares d’Auteuil et de l’avenue Henri Martin afin de ne pas obérer l’avenir.

Devant ses complications, l’Association pour la Sauvegarde de la Petite Ceinture de Paris et de son Réseau Ferré a fait état, en janvier 1998, de sa proposition de création d’une boucle complète « La Défense-la Défense » via la Petite Ceinture ferroviaire de Paris.

Abandonnée en 1934 pour le service voyageurs (exception faite du tronçon Ouest), la Petite Ceinture a fait l’objet de nombreux de projet de réutilisation dont seule la branche Nord-Ouest (Vallée de Montmorency-Invalides) de la ligne C du RER a vu le jour (dans des conditions discutables). Mais pour aucun des autres cela n’a été le cas, pour des raisons techniques et/ou politiques.

Cette nouvelle liaison emprunterait, de la Défense à Issy-Val de Seine, la ligne de tramway T2 (mise en service en 1997) puis l’intégralité de la plate-forme de la Petite Ceinture ferroviaire sur ses tronçons Sud, Est et Nord (de Boulevard Victor à Batignolles via Bercy). Ensuite, elle rejoindrait les voies RFF/SNCF du réseau Saint Lazare des Batignolles à la Défense, réadaptés aux nécessités du trafic de cette rocade et, le cas échéant, d’ÉOLE. Il serait nécessaire de creuser un souterrain à Batignolles sous les voies se dirigeant vers Mantes-la Jolie et Gisors (groupes IV, V et VI) pour raccorder la Petite Ceinture aux voies de Cergy et de Poissy (groupe III) que l’on emprunterait en tronc commun jusqu’à Becon les Bruyères. En effet, il n’est pas envisageable d’utiliser les voies de Versailles-Rive Droite / Saint Nom la Breteche (groupe II), ni mettre deux voies supplémentaires dans la traversée d’Asnières vu qu’il faudrait procéder à de nombreuses expropriations. Ensuite, après remaniement de la gare de Bécon et construction d’un saut de mouton sous les voies de Versailles et Saint-Nom la Bretèche (groupe II), il faudrait poser deux voies supplémentaires jusqu’à la Défense, ce qui ne pose pas de problèmes majeurs dans la traversée de Courbevoie, car aucune expropriation n’est nécessaire.

Concernant le matériel roulant, un tram-train serait utilisé. Ce matériel est susceptible de circuler sur des emprises destinées au tramway (comme la ligne T2 reliant Issy-Val de Seine à la Défense) et sur des emprises ferroviaires classiques RFF/SNCF. Il fera prochainement son apparition en Île-de-France sur la ligne Bondy- Aulnay-sous-Bois.

Ce projet, très ambitieux, serait amené à se réaliser par étape. Les modifications et les ajouts à apporter au réseau RFF/SNCF de Paris-Saint Lazare seraient vraisemblablement la dernière grande phase avant de voir la ligne « La Défense-La Défense » entièrement opérationnelle.