Projet non concrétisé de gares souterraines sur la Petite Ceinture ferroviaire

, par Bruno Bretelle

Immeubles d’habitation de la fondation Rothschild situés à l’angle des rues de la Villette et de Belleville. Cliché : Bruno Bretelle Tous droits réservés.
Si le projet de gare souterraine avait été réalisé, son entrée eut été situé à l’emplacement de la pharmacie.

Outre les 29 stations ou gares de voyageurs de la Petite Ceinture ferroviaire qui existèrent, plusieurs projets de gares ne se sont pas concrétisés. Nous vous présentons ici un projet de gare souterraine étudié à la fin du XIXème siècle.

En 1896, la Ville de Paris demande à la Compagnie du Chemin de fer de Ceinture d’étudier la création de deux gares souterraines sur la Petite Ceinture, l’une dans le tunnel des Buttes-Chaumont à l’angle des rues de Belleville et de La Villette (dans le 19e arrondissement), l’autre dans le tunnel du Père Lachaise près de la place Gambetta (dans le 20e arrondissement).

Mais la Compagnie du chemin de fer de Ceinture met en avant plusieurs obstacles à la création de ces gares souterraines :

  • L’impossibilité d’assurer une ventilation suffisante dans les tunnels pour rendre ces stations exploitables, la traction des trains étant assurée à l’époque par des locomotives à vapeur, d’où l’importance de la question de l’évacuation des fumées des locomotives dans les tunnels ;
  • Le montant élevé de la dépense nécessaire, car il faut dévier le tunnel de la Petite Ceinture pour créer les quais de la station, ce qui occasionnerait certainement une suspension, tout au moins une réduction, de la circulation des trains pendant la durée des travaux ;
  • Et son peu d’intérêt à l’établissement de nouvelles stations : la Compagnie du chemin de fer de Ceinture préfère voir circuler des trains de marchandises, plus lucratifs, que des trains de voyageurs.

Elle voit donc bien souvent la création de nouvelles stations de voyageurs comme une source de coût supplémentaire, pour « regretter que le projet […] lui semble devoir être considéré comme absolument irréalisable » [1].

Devant cet avis négatif, le projet demandé par la Ville de Paris est définitivement abandonné en 1901. Des immeubles sociaux d’habitation sont alors construits par la fondation Rothschild sur les terrains réservés par la Ville de Paris pour le projet de la gare de la rue de Belleville.

Il est intéressant de noter que les études techniques réalisées ces dernières années sur la réactivation d’un service de voyageurs sur la section Est de la Petite Ceinture évoquent la création de stations souterraines aux mêmes emplacements que ceux envisagés à la fin du XIXème siècle.

Notes

[1Archives de la Ville de Paris. Cote V.7.O10. Documents de 1896 et 1901.