Tramway T2 : avis défavorable de la commission d’enquête sur le projet de prolongement de la ligne

, par Association Sauvegarde Petite Ceinture (ASPCRF)

La commission d’enquête relative au prolongement de la ligne de tramway T2 d’Issy-les-Moulineaux à la Porte de Versailles (15e arrondissement de Paris), a émis, en date du 20 octobre 2004, un avis défavorable unanime au projet tel que présenté par le dossier soumis au public du 21 juin au 7 août 2004. C’est à dire la variante 2 sur voirie située, sur le territoire parisien, en rive sud du boulevard Périphérique, sur les emprises des rues Henry Farman, Louis Armand, d’Oradour-sur-Glane et de l’avenue Ernest Renan, avec un terminus à la Porte de Versailles.

Voici l’extrait le plus significatif des conclusions de la commission d’enquête :
« La Petite Ceinture, qui a vu ses derniers voyageurs en 1934 et ses derniers transports de marchandise en 1993, a une valeur patrimoniale remarquable reconnue par tous, qui doit être préservée en tant qu’infrastructure existante, mais son contexte est tel que depuis, et de façon aberrante dans le territoire de la capitale, aucune option réelle n’a été prise pour son avenir. La commission pense que renoncer à tout espoir de réutiliser la Petite Ceinture ferroviaire pour un transport public rapide, complémentaire du Tramway Maréchaux Sud (TMS), serait contraire à toutes les orientations prises par l’État et la Région Île de France depuis plusieurs décennies dans le domaine du développement durable. Ne pas engager cette réutilisation dès aujourd’hui en y implantant le prolongement du T2 serait perçu par tout un chacun comme un message incohérent propre à disqualifier l’idée même de politique de développement durable. »

 Desserte des quartiers traversés

Au sujet de la desserte des quartiers traversés par la variante sur voirie, la commission note que :
« Si une une partie d’Issy-Les Moulineaux se trouve effectivement desservie par le projet, en revanche et contrairement à la Petite Ceinture ferroviaire, il ne permet pas la desserte de l’Hôpital Georges Pompidou (HEGP), ni du quartier d’affaires du Sud-Ouest du Xve arrondissement, du parc André Citroën ou des futurs bureaux du quai d’Issy et des terrains du Ministère de la Défense.

Les populations et emplois desservis, les utilisateurs futurs du T2 et les gains de temps ainsi offerts aux Franciliens sont tous quantitativement supérieurs avec le tracé par la Petite Ceinture ferroviaire.

La desserte des quartiers Nord d’Issy-les-Moulineaux ne peut être préférée à celle du pôle HEGP/ quai d’Issy au nom de critères socio-économiques, sachant que le réseau de bus actuels peut fort bien être maintenu pour desservir ces quartiers. Des usagers des transports en commun d’Issy-les-Moulineaux semblent même préférer la desserte par bus.

L’autre argument avancé de liaison de banlieue à banlieue nous semble également militer en faveur de la Petite Ceinture ferroviaire, le prolongement du T2 pouvant facilement se développer vers l’Est. »

 Rentabilité du projet

Pour ce qui est de la rentabilité du projet, la commission estime que « le tableau de comparaison des critères socio-économiques et environnementaux des variantes étudiées (p. 59 de l’étude d’impact du dossier) démontre une certaine rentabilité du prolongement du T2, mais l’ensemble des éléments objectifs montrent une rentabilité supérieure pour la variante par la Petite Ceinture ferroviaire.

Cette rentabilité est renforcée par d’autres critères :
- Le choix de la Petite Ceinture ferroviaire est plus favorable à l’environnement global, du fait que son attractivité supérieure induit plus de déplacements en transports en commun et donc diminue plus fortement le nombre des déplacements en transports en commun et diminue plus fortement le nombre de déplacements en voiture, ainsi que la pollution et l’émission de gaz à effet de serre que ceux-ci provoquent,
- Les perturbations de l’activité économique et sociale pendant les travaux sont moindres si ceux-ci sont réalisés sur la Petite Ceinture ferroviaire, à l’écart de tout trafic automobile,
- Enfin, comme nous l’écrivons plus loin, la Petite Ceinture ferroviaire n’est pas située en zone inondable. »

La commission souligne, en outre, que la variante Petite Ceinture ferroviaire, avec la « possibilité de poursuite à l’est » est « en meilleure adéquation avec la Loi d’Orientation sur les Transports Intérieurs (30 décembre 1982) et le Schéma directeur de la région Ile-de-France » et que « les choix doivent être fondés sur la meilleure efficacité économique et sociale, ce qui serait exactement le cas du tracé sur la Petite Ceinture ferroviaire. »

 Petite Ceinture et coulée verte

En ce qui concerne le projet de coulée verte, la commission estime qu’un tramway sur la Petite Ceinture ferroviaire « est tout à fait compatible » avec un tel aménagement et indique qu’ « une solution « mixte » coulée verte + tramway aurait des retombées sociales bien supérieures à une « coulée verte intégrale ». »

 Minimisation des nuisances

Enfin, concernant l’attitude de certains riverains de la Petite Ceinture ferroviaire, « la commission est unanime à penser que l’intérêt général du projet doit l’emporter sur les intérêts particuliers de quelques riverains, qui ont acheté le long de la voie ferrée en connaissance de cause, la Petite Ceinture ferroviaire n’étant en aucun cas déclassée (le Plan d’Occupation des Sols la fait bien figurer...) » .Ce thème constitue, d’ailleurs, le dernier élément des conclusions de la commission d’enquête :
« Des mesures compensatoires pour les nuisances visuelles et, surtout, sonores, peuvent être mises en œuvre comme le montrent certaines études : longs rails soudés, semelles amortissantes, écrans anti-bruit... La trajectoire d’un véhicule guidé par rail est précise, ce qui permet de traite le bruit au plus près de sa source, par des écrans ou des merlons de terre implantés à quelques centimètres des roues. [...] A ce sujet, la commission s’étonne que de telles études n’aient pas été approfondies à l’occasion de la première concertation préalable. »

 Position de l’ASPCRF

Notre Association ne peut donc qu’approuver cet avis de la commission d’enquête. Nous espérons, ainsi, que le STIF (autorité organisatrice des Transports en Ile-de-France) et les différents partenaires financiers du projet tiendront compte de cet avis. Nous souhaitons, par conséquent, que les études relatives au tracé initial « Petite Ceinture » puisse reprendre au plus tôt.

 Le rapport officiel

 Liens

Le site officiel de l’enquête publique

Voir nos précédents articles à ce sujet :
- Été 2004 : position de l’ASPCRF durant l’enquête publique relative au projet de prolongement de la ligne de tramway T2 d’Issy-Val de Seine à la Porte de Versaille
- Tous les articles concernant ce sujet