Station Courcelles-Ceinture

, par Bruno Bretelle

Plan du quartier de la gare Courcelles-Ceinture vers 1910

Adresse : 29bis rue Alphonse de Neuville, 75017.

 La station centrale du service métropolitain de la Petite Ceinture

Arrivée d’un train venant d’Auteuil après avoir fait le tour de Paris à Courcelles-Ceinture
Photographie prise entre 1932 et 1934. La locomotive tractant le train porte une plaque indiquant la destination Courcelles Cr. Sur le quai de gauche, un train s’apprête à partir pour Auteuil. Cliché : Albert Dubois.

Située à la limite du quartier bourgeois de la Plaine Monceau avec celui, populaire, des Batignolles, cette station est inaugurée le 25 mars 1869, lors de la fermeture de la boucle de la Petite Ceinture par la mise en service du raccordement dit « de Courcelles » entre l’avenue de Clichy et le boulevard Pereire.

Vue des quais de la station Courcelles-Ceinture
La passerelle de la station permettant d’accéder aux quais depuis le bâtiment voyageurs. À gauche, les voies de garage des rames. À droite, les quais de départ et d’arrivée des trains.


Vue d’un train du service circulaire à quai à Courcelles-Ceinture
À droite, la rue Philibert Delorme. Au fond, les arbres du boulevard Berthier à la hauteur de la porte d’Asnières. Derrière le poste d’aiguillage, une locomotive garée en attente de service. Le train à droite est composé de voitures de la Compagnie du chemin de fer du Nord.


Les quais de la station Courcelles-Ceinture et le boulevard Berthier
Vue des voies depuis l’un des quais de la station.

La station Courcelles-Ceinture devient le centre névralgique de l’exploitation du service voyageurs de la Petite Ceinture, puisqu’elle est à la fois le point de départ et d‘arrivée des trains circulaires et la station de correspondance des trains de la Petite Ceinture avec les trains des lignes d’Auteuil et du Champ de Mars (voir l’article sur le Livret de la Marche des Trains). Ces deux dernières lignes sont desservies depuis la gare de Paris-Saint-Lazare.

Aussi la station Courcelles-Ceinture dispose-t’elle de voies de remisage pour des rames voyageurs et des locomotives, d’une usine électrique pour le chargement des batteries d’éclairage des voitures ainsi que d’ateliers de maintenance de l’éclairage des stations de la ligne. Le bâtiment des voyageurs et l’ensemble des installations de cette station, notamment la correspondance avec la station Courcelles-Levallois de la ligne d’Auteuil, toute proche, sont réaménagées pour l’Exposition Universelle de 1900 et la mise en service de la ligne de Courcelles au Champ de Mars. [1]

Train de la Petite Ceinture en gare de Courcelles-Ceinture
Au fond, visible derrière le dôme de la locomotive, le bâtiment voyageurs dessiné par Juste Lisch.

 Un reportage photographique dans les années 1920

La station Courcelles-Ceinture possède plusieurs voies pour garer les trains aux heures creuses et alimenter les locomotives à vapeur en eau et en charbon. Les images qui suivent montrent l’intense activité qui régnait sur ces voies pendant les heures creuses de l’après-midi, avant la pointe de trafic de la fin de journée. Elles furent vraisemblablement prises entre 1922 et 1932, si l’on se réfère aux équipements des voitures de voyageurs et à la nature des immeubles environnant la gare.

Des trains de voyageurs stationnent sur les voies de garage de Courcelles-Ceinture dans les années 1920
L’équipement des voitures indique que cette vue est postérieure à 1922. Les trains de la Petite Ceinture comportent uniquement des places de 1re et 2e classe. Vue prise depuis la rue Philibert Delorme en direction de la rue Verniquet.


Des trains voyageurs de la Petite Ceinture stationnent sur les voies de garage de la station Courcelles-Ceinture dans les années 1920
Vue prise depuis la rue Philibert Delorme en direction de la rue Verniquet. Par rapport à la vue précédente, on se dirige vers la porte d’Asnières.

Des trains de voyageurs sont garées sur les voies de la station Courcelles-Ceinture dans les années 1920
La locomotive a été décrochée du reste du train mais reste prête à reprendre du service pour la pointe de trafic de la fin de journée. Au fond, le boulevard Berthier au Sud de la porte d’Asnières.


Une locomotive en préparation à la station Courcelles-Ceinture pour tracter les trains de voyageurs du service circulaire
On aperçoit dans la cabine la casquette du chauffeur. Celui-ci est courbé en deux pour pouvoir jeter une pelletée de charbon dans le foyer de la locomotive. Photographie prise dans les années 1920.

Vue en plongée de la locomotive n°56 de la Ceinture, à la station Courcelles-Ceinture
La locomotive est garée en milieu de journée en attendant de reprendre du service pour la pointe du soir.


Vue en plongée de la locomotive n°56 de la Ceinture, à la station Courcelles-Ceinture
Vue prise en direction de la porte d’Asnières et du pont du Boulevard Malesherbes. Photographie prise dans les années 1920.

Vue en élévation de la locomotive n°56 de la Ceinture, à la station Courcelles-Ceinture
Au fond, la rue Philibert Delorme. Photographie prise dans les années 1920.

 Architecture du bâtiment des voyageurs

Le bâtiment des voyageurs construit par la Compagnie des Chemins de fer de l’Ouest pour l’Exposition Universelle de 1900 est conçu par l’architecte Juste Lisch. Ce modèle est également utilisé pour les stations de la ligne des Invalides, comme la station actuelle du RER C Javel. Il s’inspire pour sa toiture des pagodes asiatiques.

Plan en élévation du bâtiment des voyageurs de la station Courcelles-Ceinture
Archives nationales du monde du travail (Roubaix), 1899, série 202 AQ. Compagnie des Chemins de fer de l’Ouest, Station de Courcelles-Ceinture, bâtiment des voyageurs. Cliquer pour agrandir.

Situation de la station Courcelles-Ceinture
La station vue en direction du boulevard Berthier.


La station et la rue Verniquet qui longe la tranchée du chemin de fer de Ceinture.
Une toiture inspirée de celles des pagodes asiatiques.

Le bâtiment voyageurs est démoli dans les années 1950 et la tranchée couverte lors de la construction d’immeubles d’habitations pour Gaz de France. Seule subsiste de la tranchée la partie qui longe la rue Philibert Delorme, empruntée aujourd’hui par le RER C. Aujourd’hui encore, la statue d’Eugène Flachat (ingénieur des chemins de fer, notamment à la Compagnie des Chemins de fer de l’Ouest qui exploitait la ligne d’Auteuil) trône au carrefour des rues Flachat, Verniquet et du boulevard Pereire. Il est logique que la statue d’Eugène Flachat soit proche du boulevard des frères Pereire, mais nous vous laissons le soin de découvrir par vous-mêmes l’objet de leur collaboration.

Le bâtiments des voyageurs de la station Courcelles-Ceinture et la statue d’Eugène Flachat
Une architecture conçue par l’architecte Juste Lisch.

 Usage après 1934

Après la fermeture du service urbain de voyageurs le 22 juillet 1934, les voies de la station Courcelles-Ceinture sont utilisées pour le stockage de matériel roulant, notamment des locomotives à vapeur en attente de ferraillage. [2]

La bâtiment des voyageurs est démoli dans les années 1950 et la tranchée transformée en parking pour la construction d’un immeuble d’habitation destiné au personnel de Gaz de France. Seule une tranchée ferroviaire, aujourd’hui empruntée par le RER C, est conservée le long de la rue Philibert Delorme.

 Le raccordement de Courcelles

Ce raccordement est mis en service en 1869 entre la station de l’Avenue de Clichy et la ligne d’Auteuil, en passant par la porte d’Asnières et sous les voies de la gare Saint-Lazare. Il ferme ainsi la boucle ferroviaire constituées par la Petite Ceinture Rive Droite au Nord et à l’Est, la Petite Ceinture Rive Droite au Sud et la ligne d’Auteuil à l’Ouest. Cliquer ici pour lire un article de l’hebdomadaire « Le Monde Illustré » daté consacré à la mise en service de ce raccordement.

Le raccordement de Courcelles à la hauteur de la porte d’Asnières.
Le bâtiment du Contrôle Commun des Chemins de Fer, à l’angle de la rue de Saussure et du boulevard berthier, porte d’Asnières, au pied duquel passe la tranchée du raccordement de Courcelles.


Vue du boulevard Berthier et du pont des voies de la gare Saint-Lazare.
Sur la gauche, les magasins des décors de l’Opéra. Sur la droite, les voies de la Petite Ceinture au niveau du raccordement de Courcelles.

Sur le site des Archives de la Ville de Paris, le plan parcellaire de la fin du XIXe siècle contient les plans de voies de la station Courcelles-Ceinture et du raccordement de Courcelles en quatre parties :

 Aller plus loin

- Sur ce site, des photographies contemporaines du 17e arrondissement.

 Bibliographie