Station Charonne

, par Association Sauvegarde Petite Ceinture (ASPCRF)

Plan du quartier de la station Charonne vers 1910

Adresse : 102bis rue de Bagnolet, 75020.

La station Charonne est sans doute l’une des stations de la Petite Ceinture les plus connues depuis qu’elle a été louée, au milieu des années 1990, successivement par la SNCF puis par RFF au café-concert-restaurant La Flèche d’Or.

Un train sort du tunnel de Charonne.
Sortie d’un train de marchandises du tunnel de Charonne.

Cette station est ouverte le 14 juillet 1862 comme ses consoeurs de l’Avenue de Clichy, de Belleville-Villette, de Ménilmontant et de La Rapée-Bercy, afin de permettre notamment la circulation de trains ouvriers desservant des quartiers en pleine phase d’industrialisation et d’urbanisation. Ces trains ouvriers sont alors des trains circulant uniquement le matin et le soir pour permettre aux ouvriers d’aller travailler et de rentrer chez eux. Ces ouvriers paient un tarif réduit.

Ces stations sont les premières à être ouvertes sur la Petite Ceinture Rive Droite.

La station Charonne porte également le nom de Charonne-Voyageurs, afin de la distinguer de la gare aux marchandises de Charonne. Cette dernières est situé au Sud du XXe arrondissement, entre la rue de Lagny, le boulevard Davout et la porte de Vincennes.

 Architecture du bâtiment des voyageurs

Les installations primitives, construites en bois, laissent la place à un véritable bâtiment des voyageurs pour l’Exposition Universelle de 1878.

L’architecture de ce dernier bâtiment est spécifique à la Petite Ceinture Rive Droite. À cheval sur les voies, il se distingue par :

  • Des façades à angle droit,
  • Un toit de forme spécifique constituée d’« une couverture à deux pentes avec un fronton central en pénétration, au dessus de l’entrée principale », qui remonte au-dessus des portes-fenêtres des façades côté rue et côté voies, afin de pouvoir dégager le maximum de hauteur et laisser pénétrer le maximum de lumière,
  • De grandes baies vitrées situées au centre de chaque façade,
  • Une structure de façade symétrique composée d’une grande ouverture entourée de deux ouvertures plus petites,
  • Une porte d’entrée en forme d’anse de panier,
  • L’absence d’étage,
  • Une passerelle métallique à l’arrière du bâtiment qui permet de desservir les deux quais.
Vue de l’entrée de la station Charonne
Deux lanternes de l’éclairage au gaz encadrent le portail d’entrée donnant sur le trottoir.

Façade de la station Charonne
La bâtiment de la station Charonne du temps de l’exploitation voyageurs. Derrière la fenêtre de droite, dans la salle d’attente, on aperçoit la « bibliothèque », c’est à dire le marchand du journaux.


Un groupe de personnes devant la station Charonne
Une autre vue qui permet de decouvrir la grande fenêtre sur le côté permettant de faire entrer le maximum de lumière dans les bâtiment.

Cette architecture est commune aux stations de l’Avenue de Saint-Ouen (comportant une variante de façade), du Boulevard Ornano et de La Chapelle-Saint-Denis (aujourd’hui démolie).

La Petite Ceinture comporte d’autres types de bâtiments des voyageurs à cheval sur les voies, tous construits par la Compagnie des Chemins de fer de l’Ouest sur le raccordement de Courcelles, la ligne d’Auteuil et la Petite Ceinture Rive Gauche (par exemple les stations de Courcelles-Ceinture, de Montrouge et de Courcelles-Levallois.

 Parcourue par les grands express européens

Outre les deux voies à quai, la station Charonne comporte également une voie directe dans le sens Sud-Nord qui permet aux trains de jonction reliant des grandes gares terminus de doubler les trains de voyageurs arrêtés en station. Cette voie est mise en service en prévision du surcroît de trafic généré par la desserte de l’Exposition Universelle de 1900. Dans l’autre sens, la voie d’évitement est aménagée à la hauteur de la station de la Rue d’Avron [1]

Vue des quais de la station Charonne
Un train du service circulaire Nord entre en gare. On voit bien la voie à quai qui sert d’évitement pour les trains de jonction circulant notamment depuis la gare de Paris-Lyon vers celle de Paris-Nord.


Panorama des quais de la station Charonne
Derrière le bâtiment des voyageurs, la tranchée et le tunnel de Charonne. Au premier plan, des membres du personnel de la station.

Avant de devenir un café-concert-restaurant, le bâtiment des voyageurs est utilisé après la fin du service voyageurs, comme beaucoup d’anciennes stations de la Petite Ceinture, comme bureau de messageries.

Le bâtiment des voyageurs de la station Charonne en 1990
Le bâtiment est alors utilisé comme bureau de messagerie de la SERNAM. La marquise d’origine est encore là. Cliché Bruno Bretelle Tous droits réservés.


Cliché : Bruno Bretelle Tous droits réservés.
La gare de Charonne au début des années 90, côté voies.

 Le bâtiment de la Section de la Voie (1889)

Un bâtiment à la fonction mystérieuse s’élève à l’angle des rues Florian et Vitruve, à l’extrémité du quai extérieur de la gare de Charonne.

La façade rue Vitruve du bâtiment de la Section de la Voie de la Petite Ceinture

Le plan des équipements d’exploitation des trains sur la Petite Ceinture et un plan des installations de la gare de Charonne figurant dans les archives publiques indiquent que ce bâtiment était occupé par la « Section de la Voie », c’est à dire le service d’entretien et de surveillance de la voie ferrée de la Petite Ceinture.

Une équipe d’entretien des voies de la Petite Ceinture au travail, sur les voies de la station Charonne
Au fond, on aperçoit la silhouette du bâtiment des voyageurs. La scène fut prise à la hauteur du bâtiment de la Section de la Voie.

Ce bâtiment partage le style architectural des gares de voyageurs de la Grande Ceinture construites à la fin du XIXe siècle et de la gare de la rue d’Avron sur la Petite Ceinture :

  • Embase en pierre,
  • Jambage des ouvertures en pierre et brique alternées,
  • Murs de moellons enduits de crépis.
  • Œil de bœuf en haut des façades latérales.

Ces éléments de style architectural indiquent que ce bâtiment est probablement construit à la suite des les travaux de suppression des passages à niveau sur la Petite Ceinture Rive Droite, soit vers 1889.

Gros plan sur la façade rue Vitruve du bâtiment du service de la voie de la Petite Ceinture
Les jambages des ouvertures sont en brique et pierre alternées, un style que l’on retrouve sur les gares de la Grande Ceinture de la fin du XIXe siècle.


La façade rue Florian du bâtiment de la Section de la Voie de la Petite Ceinture
Embase en pierre et murs en moellons enduits d’un crépi.

 Gare de Charonne-Marchandises

Il existe, jusqu’au début des années 1980, une gare aux marchandises de Charonne, située plus au Sud, le long du boulevard Davout, entre les rues du Volga et de Lagny. Sur le site des Archives de la Ville de Paris, il est possible de découvrir le plan des voies de cette gare à la fin du XIXe siècle.

 Aller plus loin

 Bibliographie