Réhabilitation de la gare de l’avenue de Saint-Ouen (mars 2018)

, par Bruno Bretelle

Plan en coupe de la gare de l’Avenue de Saint-Ouen.
Source : Annales des Ponts et Chaussées, 1892. Ce plan montre la structure du bâtiment et l’aménagement intérieur (bancs, guichet, menuiseries des ouvertures).

 Le projet de réhabilitation de la Ville de Paris

Après la gare de Montrouge-Ceinture, c’est au tour de la gare de l’avenue de Saint-Ouen de faire l’objet d’un projet de réhabilitation.

La Ville de Paris devient l’ancien bâtiment des voyageurs, sis 128 avenue de Saint-Ouen, le 30 décembre 2010. [1] (NLDR : les modalités d’acquisition nous sont inconnues).

Elle publie le 1er février 2012 un appel public à candidature relatif à un bail emphytéotique administratif pour la réhabilitation et l’exploitation de la gare de l’avenue de Saint-Ouen.

Appel à candidature de la Ville de Paris pour la réhabilitation de la gare de l’avenue de Saint-Ouen (2012)
Appel à candidature paru dans l’hebdomadaire Télérama. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

La date limite de réponse est fixée au 26 mars 2012.

Cet appel à candidature reflète la position en 2012 de la Ville de Paris concernant les gares de l’avenue de Saint-Ouen et du Boulevard Ornano, à savoir acheter les bâtiments à Réseau Ferré de France puis déléguer la rénovation et l’usage de ces bâtiments à des partenaires au travers d’appels à candidature.

L’appel à candidature qui concerne la gare de l’avenue de Saint-Ouen rappelle brièvement l’histoire de la gare, sa localisation et sa protection au Plan Local d’Urbanisme :
« Mise en service en 1863, l’ancienne gare Saint-Ouen est implantée en surplomb des voies ferrées sur un terrain délimité par la rue Belliard, l’avenue de Saint-Ouen, et la rue Leibniz, et constitue un élément du patrimoine architectural des gares du chemin de fer de la Petite Ceinture, protégé au titre de la protection Ville de Paris à l’annexe VI, tome 2 du règlement du PLU. »

Précisons que si le bâtiment initial est mis en service en 1863, le bâtiment actuel est mis en service en 1889, suite à la suppression du passage à niveau de l’avenue de Saint-Ouen et à la mise en tranchée de la Petite Ceinture.

Cet appel à candidature définit les conditions de réhabilitation du bâtiment de la gare :
« Les travaux de réhabilitation devront retrouver l’intégrité architecturale d’origine du bâtiment et respecter les prescriptions de protection du patrimoine, afin d’y créer, sur un ou plusieurs niveaux, incluant réserves et locaux techniques répondant aux besoins de l’exploitation, un lieu adapté à une activité commerciale permettant l’accueil d’activités ou de spectacles culturels, en lien avec la vie locale et avec une amplitude horaire élargie d’ouverture au public. »

On ne peut que se féliciter de la restauration de la façade d’origine, emblématique d’un style architectural propre à la Petite Ceinture Rive Droite et contemporain de la construction de la Tour Eiffel pour l’Exposition Universelle de 1889.

Cet appel d’offre comporte des éléments sur les caractéristiques du bâtiment actuel et sur la surface qui sera conservée :
« La surface hors oeuvre nette du bâtiment est d’environ 716 m2 dont 416 m2 en rez-de-chaussée et 300 m2 en étage, soit 590 m2 de surface utile dont 350 m2 en rez-de-chaussée et 240 m2 en étage, pour une emprise au sol de 416 m2. La surface utile existante conservée est d’environ 525 m2 dont 285 m2 en rez-de-chaussée et 240 m2 en étage. »

Le projet de réhabilitation concerne le bâtiment voyageurs de forme rectangulaire, la passerelle située à l’arrière de ce bâtiment et l’annexe située du côté de la rue Leibniz. Mais, comme nous allons maintenant le voir, la façade actuelle sera démolie afin de restituer la façade d’origine.

 Quand la gare est un cinéma

Cet appel d’offre explique que : « Les travaux porteront sur la démolition d’une extension d’environ 69 m2 de surface hors oeuvre sur l’avenue de Saint-Ouen, soit 65 m2 de surface utile environ, et la réhabilitation complète du bâtiment d’origine (réseaux, superstructures, toiture et façades, etc.) »

Façade actuelle de la gare de l’avenue de Saint-Ouen, issue de l’ajout de constructions commerciales.
La façade d’origine est devenu invisible. Cliché : Bruno Bretelle Tous droits réservés.


Représentation de l’extension de la gare sur l’avenue de Saint-Ouen sur une vue du bâtiment d’origine.
Les traits rouges et bleus représentent le volume de cette extension. Celle-ci occupe au sol la surface du trottoir d’accès à la gare, surélevé par rapport au trottoir de la voirie. © ASPCRF


Entrée de l’ancien cinéma aménagé vers 1937 dans la gare de l’avenue de Saint-Ouen.
L’auvent arrondi et le panneau d’affichage présents à l’angle de l’avenue de Saint-Ouen et de la rue Belliard signalent l’entrée de l’ancien cinéma. Photographie prise en juillet 2011. Cliché : Bruno Bretelle Tous droits réservés.

La façade de la gare d’origine n’est pas parallèle à l’avenue de Saint-Ouen, contrairement à la façade actuelle. Cette dernière est une extension du bâtiment de la gare réalisée lors des travaux d’aménagement d’un cinéma vers 1937. Ce cinéma, qui se nommait « Le Lumière » en hommage aux frères Lumière, fonctionna jusque dans les années Soixante.

Gros plan sur l’ntrée de l’ancien cinéma aménagé vers 1937 dans la gare de l’avenue de Saint-Ouen.
Le cadre de présentation de l’affiche du film est toujours présent en 2011. L’ancien cinéma qui occupait la gare possédait une seule salle. Cliché : Bruno Bretelle Tous droits réservés.

 Juin 2013 : attribution du bail emphytéotique au Hasard Ludique

Le projet du Hasard Ludique pour la station de l’Avenue de Saint Ouen de la Petite Ceinture
Novembre 2013. Photo © O’Zone Architectes.

Le bail emphytéotique administratif pour concession de travaux publics est attribué lors du Conseil de Paris des 8, 9 et 10 juillet 2013, au Hasard Ludique, une société coopérative créée par des habitants du quartier, professionnels de la programmation artistique à dominante musicale, pour développer un café-bar et une scène locale de diffusion culturelle, lieu de création et pratique amateur ouvert au jeune public et adolescent, résolument ouvert sur la vie associative du quartier.

Le projet du Hasard Ludique consiste à aménager un espace de 466 m2, accueillant un bar avec terrasse avenue de Saint-Ouen et un restaurant offrant la vue sur les voies ferrées, une salle de spectacle d’une jauge de 250 personnes. Une construction contemporaine donne accès l’étage dédié à la vie associative, réinterprétant l’ancienne extension située à l’angle de la rue Leibniz.

Le bail emphytéotique attribué au Hasard Ludique présente les caractéristiques suivantes :

  • Durée du bail : 30 ans,
  • Part fixe de la redevance : 36 000 Euros par an,
  • Part variable de la redevance : à partir de la sixième année d’exploitation, 2% du chiffre d’affaire au delà de 1,9 million d’Euros. [2]

Le Hasard Ludique dépose le permis de construire un an plus tard, le 24 juin 2014. Les investissements nécessaires à sa réalisation sont alors évalués à 2,273 millions d’Euros (hors taxes). [3]

Délibération n°2013 DDEEES 85
Concession de travaux pour la réhabilitation et l’exploitation de l’ancienne gare Saint- Ouen et signature d’un bail emphytéotique administratif (18e). Conseil de Paris des 8, 9 et 10 juillet 2013.

Un article du site DixHuitInfo.com consacré à l’actualité du 18e arrondissement de Paris présente leur projet.

 Juin 2015 : attribution du bail emphytéotique à la RIVP

La délibération 2015 numéro DDEEES 68, présentée aux séances du Conseil de Paris des 29 juin, 30 juin et du 1er juillet 2015, constate que : « Le Hasard Ludique est finalement dans l’impossibilité de mettre en œuvre le projet à ses risques et sans modifier l’économie de l’offre pour laquelle il avait été choisi, ce qui remettrait en cause la procédure de la concession de travaux. »

Par conséquent, la RIVP (Régie Immobilière de la Ville de Paris) propose à la Ville de Paris de conclure un bail emphytéotique pour y développer son propre projet et sans programme de travaux imposés par la Ville.

Le bail emphytéotique attribué à la RIVP présente les caractéristiques suivantes :

  • Durée du bail : 45 ans,
  • Part fixe de la redevance : un loyer capitalisé de 5 000 Euros,
  • Part variable de la redevance : 50 % de la parte du chiffre d’affaires supérieure à 85 000 Euros hors taxes (valeur 2014 indexée) ;
  • La RIVP peut louer les locaux pour une durée ne pouvant excéder du bail emphytéotique.

À l’issue de cette délibération du Conseil de Paris, la SARL coopérative Le Hasard Ludique conserve la gestion du futur lieu.

Le permis de construire de la RIVP est accepté le 23 juillet 2014. Les consultations entreprises par la RIVP ont permis de finaliser le budget d’investissement qui se monte à 2,24 millions d’Euros HT, ce qui se traduit pour le gestionnaire du lieu par des conditions de loyer non compatibles avec une exploitation culturelle pérenne du site. Par conséquent, le Conseil de Paris attribue à la RIVP une subvention de 500 000 Euro, en complément de l’aide de la Région de 200 000 Euros attribuée en soutien aux lieux de diffusion culturelle et du patrimoine. [4]

Le calendrier prévisionnel est le suivant :

  • Début des travaux au 4e trimestre 2015 ;
  • Ouverture au public début 2017.
Délibération n°2015 DDEEES 68
Ancienne gare St Ouen (18e)-déclaration sans suite d’une concession de travaux et
signature d’un bail emphytéotique avec la RIVP. Conseil de Paris des 29 et 30 juin, 1er et 2 juillet 2015.


Délibération n°2015 DDEEES 285
Ancienne gare St Ouen (18e)-subvention d’investissement à la RIVP (500.000 euros). Conseil de Paris des 14, 15, 16 et 17 décembre 2015.

 Janvier 2016 : la Fabrique du Hasard Ludique

Le 18 janvier 2016, le Hasard Ludique lance « la Fabrique, l’espace où chacun peut proposer des idées novatrices, s’impliquer bénévolement et financièrement pour faire du Hasard Ludique un lieu culturel innovant qui vous ressemble. »

Lire l’article publié le 25 janvier 2016 par le site Dixhuitinfo.com pour en savoir plus sur ce projet.

 Mai 2016 : garantie d’emprunt de la Ville de Paris à la RIVP

Une nouvelle délibération est discuté aux séances du Conseil de Paris des 17, 18 et 19 mai 2016. Cette délibération nous apprend que le bail emphytéotique fut signé par la RIVP avec la Ville le 8 octobre 2015.

Le budget d’investissement prévu pour ce projet d’intérêt général patrimonial et culturel s’élève à 2.240.000 euros HT. Le financement de cette opération est constitué d’une subvention d’investissement de la Ville à la RIVP (500 000 euros), d’une aide complémentaire de la Région Ile-de-France (200 000 euros), de fonds propres (100 000 euros) et d’un emprunt bancaire (1.440.043 euros) à souscrire par la RIVP. Au moyen de cette délibération, la Ville de Paris apporte une garantie d’emprunt à la RIVP.

La durée des travaux est de 12 mois et la livraison est prévue au printemps 2017.

2016 DAE 151 Ancienne gare Saint-Ouen (18e) – Garantie d’emprunt à la RIVP
Séances du Conseil de Paris des 17, 18 et 19 mai 2016.

 Février 2018 : déclaration préalable pour utiliser l’escalier extérieur

Une déclaration préalable est déposée le 12 février 2018. Elle concerne la création d’un escalier reliant le Hasard Ludique au quai extérieur de la station Avenue de Saint-Ouen, afin d’y aménager une terrasse de bar. Cet aménagement prévoit l’installation d’un clôture le long du quai pour des raisons de sécurité ferroviaire, la Petite Ceinture faisant toujours partie du Réseau Ferré National et étant dans ce secteur toujours ouverte à la circulation. L’instruction du dossier devrait durer 2 mois.

Déclaration Préalable du 12 février 2018 pour l’utilisation du quai extérieur de la station Avenue de Saint-Ouen
Source : Mairie de Paris. Cliquer pour agrandir.

Cette déclaration préalable est refusée le 5 mars 2018 :

Déclaration Préalable pour l’utilisation du quai extérieur de la station Avenue de Saint-Ouen refusée

 Avril 2018 : privatisation du quai extérieur

Le Hasard Ludique annonce l’ouverture le 28 avril l’ouverture d’une terrasse sur une partie du quai extérieur, sur une surface de 400 m2 et une longueur de 100 mètres environ. [5]
Préalablement à cette ouverture, une clôture est posée mi-avril , suivie de l’installation d’un escalier de chantier à partir du 17 avril 2018.

Quai extérieur de la station Avenue de Saint-Ouen privatisé par le Hasard Ludique
Photographie prise le lundi 16 avril 2018 en fin d’après-midi. Cliquer pour agrandir. Cliché Bruno Bretelle tous droits réservés.

 Aller plus loin