Réhabilitation de la gare de Montrouge-Ceinture

, par Association Sauvegarde Petite Ceinture (ASPCRF)

Façade de la gare de Montrouge-Ceinture du côté de la rue Beaunier.
Un style typique de la Compagnie des Chemins de fer de l’Ouest.

Aujourd’hui, après des décennies d‘oubli, les gares de la Petite Ceinture font l’objet d’une volonté publique de préservation et de réhabilitation : associations de riverains, conseils de quartier et même la Ville de Paris s’y intéressent. L’exemple de la gare de Montrouge-Ceinture est révélateur de ce changement d’attitude.

 2007 - Annonce de vente par la SOVAFIM

En novembre 2007, la SOVAFIM (société publique chargée de la vente des biens de l’État) annonça sa volonté de vendre à un promoteur immobilier les parcelles du bâtiment des voyageurs de la gare de Montrouge, du parking recouvrant la tranchée de la Petite Ceinture entre le bâtiment des voyageurs et l’avenue Jean-Moulin, ainsi que les parcelles des commerces situés à l’entrée de la tranchée de la Villa Virginie, le long de l’avenue du Général Leclerc et de la rue du Père Corentin.

Réagissant à cette annonce, le conseil d‘arrondissement du 14e adopta « un vœu en faveur de la préservation de cet édifice. La mairie du 14e, appuyant une démarche du conseil de quartier (NLDR : Jean Moulin-Porte d’Orléans), » souhaitait « restaurer le bâtiment et y installer un équipement public de proximité à vocation sociale et culturelle. » [1]

 2008 et 2009 - Protection Ville de Paris

Illustration du projet de réhabilitation étudié par le Conseil de Quartier Jean Moulin-Porte d’Orléans.

Afin de « rendre plus difficile une opération de promotion immobilière mais faciliter par contre l’acquisition du bâtiment par la Ville. » [1], la Commission du Vieux Paris adopta à l’unanimité le 21 février 2008 un vœu demandant le classement des bâtiments des gares de l’Avenue de Saint Ouen, de Boulevard Ornano, de Pont de Flandre et Montrouge-Ceinture en PVP (Protection Ville de Paris). Ces gares étaient les dernières à ne pas être classées. Notre Association, l’ASPCRF, ainsi que l’AHICF (Association pour l’Histoire des Chemins de Fer en France) et la Direction de l’architecture et du patrimoine du Ministère de la Culture, mirent en avant la nécessité d’apporter des mesures de protections pour les bâtiments de voyageurs de la Petite Ceinture manifestement oubliés lors de l’élaboration du Plan Local de l’Urbanisme et ne bénéficiant, de fait, d’aucune mesure conservatoire.

Suite au vœu de la Commission du Vieux de Paris, le Conseil de Paris émit, lors de la séance des 20 et 21 octobre 2008, un avis favorable à l’engagement par le Maire de Paris d’une procédure de modification du Plan Local de l’Urbanisme visant à sauvegarder les quatre bâtiments concernés.

En novembre 2008, la mairie du 14e arrondissement souhaitait encore une acquisition par la ville de Paris, « mais l’estimation de France Domaines (20 millions d’euros), montant ensuite proposé par la SOVAFIM mettait cette opération hors de portée. La Ville a posé deux conditions à la vente à un promoteur privé : la gare préservée sera réhabilitée à la charge de l’acquéreur ; l’opération comprendra la construction de logements sociaux. Suivant la recommandation du comité de pilotage, la ville » rédigea « un cahier de prescriptions qui sera porté par la SOVAFIM. Si les conditions du cahier de prescription n’étaient pas respectées, la mairie serait en droit de suspendre le permis de construire.
L’architecture et la volumétrie du bâtiment devront être restituées et mises en valeur. Les constructions parasites pourront être supprimées, dégageant ainsi l’espace pour la création d’un parvis public. Le bâtiment sera affecté à des activités à vocation culturelle ou de loisirs largement ouvertes sur le quartier. » Site du Conseil de Quartier Jean Moulin-Porte d’Orléans

Pendant ce temps, le conseil de quartier Jean Moulin-Porte d’Orléans commandait une étude d’évaluation de la faisabilité et du coût de la réhabilitation du bâtiment des voyageurs. Les conclusions, positives, de cette étude furent présentés en septembre 2008 lors d’une exposition organisée dans le hall de la mairie du 14e arrondissement.

Finalement, lors de sa séance du mardi 22 septembre 2009, le Conseil de Paris approuva la protection de la gare de Montrouge et des trois autres gares qui étaient alors non classées (projet de délibération 2009 DU 140 : approbation du projet de modification du Plan local d’urbanisme de Paris).

 2010 - Vente au promoteur Nexity

En octobre 2010, la SOVAFIM et la Ville de Paris sélectionnèrent M. Louis Paillard et la societé Nexity respectivement comme architecte et promoteur de l’opération immobilière. la SOVAFIM vendit dans la foulée les parcelles à la société Nexity.

« Le projet [NDLR : de Nexity] a été présenté au conseil de quartier et envisage la réhabilitation et la mise en valeur de la gare, au centre d’un parvis, dégagée à l’arrière des futurs bâtiments par un espace tampon d’une vingtaine de mètres, qui permettrait l’accès à la Petite Ceinture. » [2]

La gare de Montrouge-Ceinture sur l’avenue du Général Leclerc en août 2011.
Des locaux annexes ont été greffés depuis les années Trente sur le bâtiment d’origine. Cliché : Bruno Bretelle Tous droits réservés.
Vue aérienne de la gare de Montrouge-Ceinture au début 2011 (Google Maps)
Le bâtiment des voyageurs et les escaliers d’accès aux quais sont difficilement visibles de la rue.
Structure de la gare de Montrouge-Ceinture à partir d’une vue aérienne contemporaine.
Cette vue aérienne de la gare, tirée de Google Maps en 2011, identifie les différents éléments de la gare qui sont souvent cachés par des locaux commerciaux construits depuis le milieu des années Trente. Cliquer sur la vignette pour agrandir.
Vue des quais de la gare de Montrouge-Ceinture depuis la rue Friant.
Un train circulaire, ayant pour origine et destination la gare du Nord et venant de sortir du tunnel de Montsouris, entre en gare. Les talus dotés d’une végétation luxuriante isolent le monde de la tranchée du chemin de fer de Ceinture de la ville. Le bâtiment des voyageurs et ses imposants escaliers jouent le rôle d’embarcadère pour ce monde dont le décor aurait pu inspirer le Douanier Rousseau qui ne vivait pas bien loin, quelque part dans le quartier Plaisance.
Vue en plongée de l’arrière de la gare de Montrouge-Ceinture.
Gare de Montrouge-Ceinture, aujourd’hui occupée par un magasin d’informatique (été 1996). Cliché : Jean-Emmanuel Terrier. Tous droits réservés.
Coupe du pont-route, du batiment des voyageurs et des escaliers de la gare de Montrouge-Ceinture.
Le bâtiment des voyageurs est posé sur la voûte du pont-route ; les maçonneries s’étendent jusqu’à l’extrémité des escaliers. Plan de 1867.
Façade du côté des quais de la gare de Montrouge-Ceinture en 2011.
La balustrade de la passerelle est en pierre et la façade en pierre et brique. De part et d’autre de cette passerelle, les deux escaliers d’accès aux quais en pierre de taille. Cliché : Bruno Bretelle Tous droits réservés.
Vue des quais de la gare de Montrouge-Ceinture en 2011.
Les quais sont surplombés par la dalle du parking. Les poteaux verticaux soutiennent cette dalle. La dalle s’interrompt au début des escaliers en pierre de taille. Au fond, l’ouverture du tunnel de Montsouris, long de 900 mètres. Cliché : Bruno Bretelle Tous droits réservés.

Le projet de l’architecte Louis Paillard et Nexity pour la rénovation de la gare de Montrouge-Ceinture consiste à désenclaver complètement le bâtiment des voyageurs et les escaliers d’accès aux quais, construits en pierre de taille, en détruisant les locaux commerciaux progressivement construits depuis le milieu des années Trente. Une distance de 22 mètres sera dégagée entre la façade arrière du bâtiment et l’immeuble le plus proche construit à la place du parking actuel en direction de l’avenue Jean Moulin.

Le permis de construire fut déposé en janvier 2011. Les travaux doivent normalement commencer fin 2011 et durer deux ans. [3]

Plaquette de Nexity

Ce permis respecte les règles du Plan Local d’Urbanisme et le cahier de prescriptions qui avait été élaboré pour la gare.

Projet de réhabilitation de la gare de Montrouge-Ceinture par l’architecte Louis Paillard pour Nexity.
Vue depuis la rue de Coulmiers en direction de l’avenue du Général Leclerc.

 2011 - Quel usage pour la gare ?

Lors de la séance des 28 et 29 mars 2011, le Conseil de Paris adopta un vœu afin « que le Maire de Paris puisse examiner un
montage foncier adapté, pour que d’ici la fin des travaux de réhabilitation, soit dans plus de deux ans, l’utilisation de cet espace corresponde de manière pérenne à une vocation citoyenne et culturelle pour le quartier Porte d’Orléans, » la Ville de Paris n’ayant pas prévu d’acheter la gare à Nexity. [4]

En conclusion, si la préservation de la gare et sa rénovation sont entérinées, le débat persiste sur l’usage de ce bâtiment une fois celui-ci rénové en 2013.

À noter que le conseil de quartier Jean Moulin-Porte d’Orléans a été renouvelé en juin 2011. L’« Association Gare de Montrouge - Ceinture », créée en juin 2008 afin d’« œuvrer par tout moyen démocratique à la préservation de la gare de Montrouge ceinture (avenue du général Leclerc, Paris 14e) en vue de sa transformation en équipement à utilisation citoyenne » est maintenant l’une des associations représentées à ce conseil de quartier.

 Juin 2012 : le dépôt du permis de construire

Projet de la gare de Montrouge-Ceinture : le permis de construire de juin 2012
Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

 Été 2014 : début des travaux

Réapparition de la façade de la gare de Montrouge suite à la démolition des façades commerciales
Le 20 août 2014. Cliché Didier Dartois tous droits réservés.

La structure de la gare de Montrouge réapparaît sur l’Avenue du Général Leclerc
Le 20 août 2014. Cliché Didier Dartois tous droits réservés.

Démolition des annexes à la gare de Mointrouge du côté des quais.
Le 20 août 2014. Cliché Didier Dartois tous droits réservés.

Vue des travaux de démolition de la gare de Montrouge vers l’Ouest, en direction de l’avenue Jean Moulin
Le garage surplombant les quais est démoli. Le 20 août 2014. Cliché Didier Dartois tous droits réservés.

Démolition du bâtiment opposé à la gare de Montrouge sur l’Avenue du Général Leclerc
Le 20 août 2014. Cliché Didier Dartois tous droits réservés.

Vue d’ensemble de l’opération de la gare de Montrouge-Ceinture
Opération réalisée par Nexity. Source : Mairie de Paris - septembre 2016.

 Janvier 2016 : choix du gérant et de la programmation à venir

Le bâtiment des voyageurs accueillera après réhabilitation un établissement culturel géré par la Bellevilloise. Une étude de programmation est en cours et fait l’objet d’échanges entre la Ville et les porteurs de projet. [5]

 Septembre 2016 : dates de livraison et d’ouverture de la gare

La présentation des travaux de recalibrage de la rue de Coulmiers, -entre la rue Friant et l’avenue du Général Leclerc, réalisée par la Mairie du 14e arrondissement le 14 septembre 2016, indique le calendrier suivant : [6]

  • Juin 2017 : livraison de la gare,
  • Septembre 2017 : ouverture de la gare.

 Mars 2017 : l’ouverture se précise

Le bâtiment est officiellement racheté par Paris Habitat. L’exploitation du site est confié à Cultplace, une structure qui regroupe des lieux parisiens comme La Bellevilloise. Le lieu ouvrira en septembre 2017 sous le nom de « Poinçon ». Il réunira des activités de restauration, café, événementiel et spectacle. Voir le site de Cultplace pour plus d’information.

Les travaux de réhabilitation du bâtiment sont en cours. Voici une vue le 15 juillet 2017.

Façade du bâtiment de la station Montrouge-Ceinture sur l’avenue du Général Leclerc
Cliché pris le 15 juillet 2017. Bruno Bretelle tous droits réservés. Cliquer pour agrandir.


Façade du bâtiment de la station Montrouge-Ceinture sur l’avenue du Général Leclerc
L’espace de l’ancienne petite cour latérale à droite du bâtiment a été dégagée. Cliché pris le 15 juillet 2017. Bruno Bretelle tous droits réservés. Cliquer pour agrandir.


Bâtiment réhabilité de la station de Montrouge au carrefour avec la rue Beaunier
Cliché pris le 15 juillet 2017. Bruno Bretelle tous droits réservés. Cliquer pour agrandir.


Bâtiment réhabilité de la station de Montrouge au carrefour avec la rue Beaunier
Cliché pris le 15 juillet 2017. Bruno Bretelle tous droits réservés. Cliquer pour agrandir.

Façade arrière du bâtiment réhabilité de la station Montrouge-Ceinture
A l’exception des escaliers et de leur couverture, le bâtiment a été restauré extérieurement dans son apparence d’origine. Cliché pris le 15 juillet 2017. Bruno Bretelle tous droits réservés. Cliquer pour agrandir.


Façade arrière du bâtiment réhabilité de la station Montrouge-Ceinture
La passerelle construite en 1899 pour l’Exposition Universelle de 1900 a été élargie, sans doute pour devenir une terrasse du café-restaurant qui devrait occupé les lieux. Cliché pris le 15 juillet 2017. Bruno Bretelle tous droits réservés. Cliquer pour agrandir.

 Aller plus loin

- La gare de Montrouge-ceinture au temps du service de voyageurs
- Présentation de la commission « Projet Gare de Montrouge-Ceinture » sur le site du Conseil de Quartier Jean Moulin-Porte d’Orléans.
- Présentation du projet sur le site de l’architecte choisi par Nexity, Louis Paillard.
- Le fichier pdf de présentation du projet de Nexity et Louis Paillard sur le site de la Mairie du 14e arrondissement.

 Bibliographie