Station La Chapelle-Saint Denis

, par Bruno Bretelle

Adresse : 165 rue de la Chapelle, 75018.

Cette station est située à la hauteur de la porte de La Chapelle. Elle est ouverte aux voyageurs du 15 juillet 1871 au 22 juillet 1934. Fortement touché par les bombardements anglo-américains sur le quartier de La Chapelle le 21 avril 1944, le bâtiment voyageurs est pourtant réparé, avant d’être démoli à la fin des années Soixante.

La configuration définitive des quais et des voies date de 1893, lorsque est ouvert le service de trains circulaires partant de Paris-Nord, faisant le tour de Paris dans l’un ou l’autre sens en empruntant la Petite Ceinture, puis revenant à la gare de Paris-Nord.

Auparavant, les voyageurs désirant passer des trains de banlieue de la gare du Nord à ceux de la Petite Ceinture et vice-versa, sont obligés de parcourir 250 mètres à pied entre la station Nord-Ceinture, située sur les lignes de la gare de Paris-Nord, et la station de La Chapelle-Saint Denis située sur la Petite Ceinture.

 Station Nord-Ceinture

La station Nord-Ceinture, malgré son nom, n’est pas sur la Petite Ceinture, mais sur les lignes de banlieue de la gare du Nord. Elle permet la correspondance entre des trains de banlieue de la gare de Paris-Nord et la Petite Ceinture jusqu’au 1er août 1893. Son suffixe « Ceinture » signifie qu’elle assure cette correspondance. Au 1er août 1893, le service circulaire Nord permet de desservir directement la Petite Ceinture depuis la gare de Paris-Nord. En début de mâtinée et en fin de soirée, quand ces trains directs ne sont pas en service, une navette circulant entre la gare de Paris-Nord et la station La Chapelle-Saint Denis permet d’assurer la correspondance à cette dernière station.

 Configuration de la station La Chapelle-Saint Denis

Plan des installations de la station La Chapelle-Saint Denis à partir de 1893
Plan extrait de la revue Générale des Chemins de fer, numéro de juillet 1893, page 15. Source : gallica.bnf.fr

La station de La Chapelle-Saint Denis comporte trois quais : deux quais extrêmes et un quai central. Une passerelle métallique permet aux voyageurs d’accéder en toute sécurité aux différents quais depuis la station. Par ailleurs, un passage souterrain permet la circulation entre les trois quais.

Personnel du chemin de fer de Ceinture de la gare de La Chapelle-Saint Denis
Vue prise sur le quai central vers 1910.

Les deux photographies suivantes permettent de voir ces installations (cliquer sur les images pour les agrandir) :

Vue des quais de la gare de La Chapelle-Saint Denis.
Les quais de la station La Chapelle-Saint Denis, le tunnel Ouest de raccordement entre la Petite Ceinture et les voies de la gare du Nord. Au fond, la gare Nord-Ceinture.


Correspondance à la station La Chapelle-Saint Denis entre 1914 et 1922
Un train de Ceinture se dirigeant vers Courcelles-Ceinture est à quai, tandis que sur la gauche la navette avec la gare du Nord attend.

Sur chacune de ces images, le bâtiment voyageurs est situé dans le dos du photographe. On aperçoit :

  • À gauche, le raccordement à deux voies entre la Petite Ceinture et les lignes de la gare du Nord,
  • Au-dessus du tunnel du raccordement, les bâtiments de la gare aux marchandises de La Chapelle,
  • À l’extrème gauche, le quai de départ pour la gare du Nord via la station du Pont Marcadet,
  • Au centre, le quai d’arrivée des trains de la gare du Nord et de départ des trains de la Petite Ceinture vers l’Ouest et la station Boulevard Ornano (porte de Clignancourt),
  • Au-dessus du raccordement, la passerelle permettant l’accès au quai central depuis le bâtiment voyageurs,
  • À l’extrémité des quais, le bâtiment-voyageurs de l’ancienne station Nord-Ceinture
  • À droite, le quai en direction de l’Est de Paris.
Pancarte de direction sur le quai de la station La Chapelle-Saint Denis
Gros plan sur la pancarte du quai central. Elle indique la mention : Passage souterrain conduisant au quai de départ pour La Rapée-Bercy.

Cette station est desservie à partir du 1er août 1893 depuis la gare de Paris-Nord par un service de trains circulaires ayant la gare de Nord comme point de départ et d’arrivée.

Ces trains portent la mention « Nord » jusqu’au 1er août 1901, puis la mention « Paris-Nord ».
À cette date, les services circulaires parcourant la Petite Ceinture sont en effet réorganisés pour faire face à la concurrence du Métro. C’est l’ère des « trains colimaçons », qui effectuent deux ou trois tours de Paris entre la gare de Paris-Nord et la station de Courcelles-Ceinture. Ces trains n’empruntent plus que le raccordement Ouest entre les voies de la gare de Paris-Nord et celles de la Petite Ceinture. Le raccordement Est, qui passe par la station de La Chapelle-Saint Denis, n’est plus emprunté que des par des navettes assurant la liaison Paris-Nord - Pont Marcadet - La Chapelle Saint-Denis.

En 1908, suite à la chute de la fréquentation des trains du service circulaires parcourant la Petite Ceinture, le service des « trains colimaçons » est supprimé et ne reste plus que le service des trains circulaires ayant comme point de départ et d’arrivée la station de Courcelles-Ceinture. Dès lors, seul subsiste le service de navettes circulant entre la gare du Nord et la station La Chapelle-Saint Denis. Ce service est assuré par des autorails à vapeur surnommés « cages à poules ».

L’architecture du bâtiment des voyageurs est identique à quelques détails près à celle des stations Charonne et Boulevard Ornano. Il s’agit du modèle de gare-pont à cheval sur les voies propre à la Petite Ceinture Rive Droite.

Un train circulaire entre en gare de La Chapelle-Saint Denis...
Un train circulaire de Courcelles-Ceinture à Courcelles-Ceinture entre en gare en provenance d’Est-Ceinture. Au premier plan, le passage souterrain entre les quais et l’escalier qui relie le bâtiment voyageurs au quai central.


...puis, après avoir quitté la station, passe devant le raccordement Ouest entre les voies de la Petite Ceinture et celles de la gare du Nord.
Sur la droite, le raccordement Ouest (aujourd’hui disparu) avec les voies de la gare du Nord. Au centre, le boulevard Ney et à gauche, les anciennes fortifications. Sur le pont des voies de la gare du Nord passe un train de marchandises.

Le Petit Parisien (Paris)
Le Petit Parisien (Paris)
Source: gallica.bnf.fr

 Un incident insolite (1899)

Cette station est l’objet le 20 juin 1899 d’une inondation à la suite d’un violent orage, ainsi que le relate l’hebdomadaire Le Pèlerin dans son édition du 2 juillet 1899 [1] :

Illustration de l’inondation de la station La Chapelle-Saint Denis.
Planche décrivant l’inondation en gare de La Chapelle-Saint Denis.


Article de presse décrivant l’inondation de la station La Chapelle-Saint Denis.
Article publié par l’hebdomadaire Le Pèlerin.

 Le passage des trains de jonction

Depuis sa création en 1893, le raccordement Ouest entre les voies de la gare de Paris-Nord et la Petite Ceinture, qui passe par la station La Chapelle-Saint Denis, est emprunté par des Grands Express Européens entre les gares de Paris-Nord et Paris-Lyon.

Une locomotive à vapeur traverse la station La Chapelle-Saint Denis en 1933
La locomotive 231 F 130 de la Compagnie PLM retourne haut le pied depuis la gare de Paris-Nord vers la gare de Paris-Lyon en empruntant la Petite Ceinture, après avoir tracté un train de jonction entre ces deux gares à l’aller. Cliché : Albert Dubois.

Train de jonction n°J126 au passage de la station La Chapelle Saint Denis dans les années 1950
Le train est parti de Paris Nord à destination de Paris Lyon. Il sort du tunnel du raccordement entre les voies de la gare de Paris Nord et la Petite Ceinture. Photographie prise le 15 août 1956. Locomotive 050 TQ n°10. Cliché : Jacques-Henri Renaud.

 Le bombardement de La Chapelle du 21 avril 1944

Dans la nuit du jeudi 20 au vendredi 21 avril 1944, la zone de la Plaine-Saint Denis, à cheval sur le Nord de Paris et la commune de Saint-Denis, fut l’objet d’un intense bombardement de la part des alliés anglo-américains. Ce bombardement avait pour but de préparer le débarquement en Normandie en réduisant les capacités ferroviaires utilisables par les troupes allemandes. Ce bombardement fit 641 morts parmi la population civile.

Les images qui suivent témoignent de la violence de ce bombardement.

Bâtiment des voyageurs de La Chapelle Saint Denis suite au bombardement du 21 avril 1944
Photographie prise depuis la rue de La Chapelle. On remarque que le bâtiment avait été agrandi par des ajouts commerciaux sur la façade principale et les deux façades latérales, et qu’un plancher intermédiaire avait été créé.


Bâtiment des voyageurs de La Chapelle Saint Denis suite au bombardement du 21 avril 1944
Photographie prise du côté des quais de la station.

Pont des voies de la gare du Nord sur la Petite Ceinture et le boulevard Ney suite au bombardement du 21 avril 1944
Photographie prise en direction de l’Est, la voie routière se trouvant sur la gauche.

 Aller plus loin

- Sur ce site, des photographies contemporaines du 18e arrondissement ;
- Sur le site Gallica de la Bibliothèque Nationale de France, l’article intitulé « Construction du raccordement de la gare de Paris-Nord avec la Petite Ceinture », publié dans le numéro de juillet 1893 de la Revue Générale des Chemins de fer, pp 4-17, planches I à VI ;
- Sur le site Gallica de la Bibliothèque Nationale de France, l’article intitulé « Exploitation des raccordements souterrains entre le Chemin de fer du Nord et la Petite Ceinture à la station de La Chapelle-Saint Denis », Raymond Godfernaux, Revue Générale des Chemins de fer, numéro de juin 1894, pp 309-329, planche XXXVII (pour les passionnés d’exploitation ferroviaire à l’ancienne !) ;
- Sur le site des Archives de la Ville de Paris, le plan parcellaire du quartier de La Chapelle à la fin du XIXe siècle où figure la station et les deux raccordements (Est et Ouest, dont seul celui de l’Est subiste) entre les voies de la gare du Nord et celles de la Petite Ceinture.

 Bibliographie

Notes

[1Le Pèlerin, n°1174 du 2 juillet 1889, page 6.