Gare aux marchandises de Paris-Gobelins (1903)

, par Bruno Bretelle

Plan du quartier de la gare des Gobelins vers 1910
Situation de la gare des Gobelins, au Sud du 13e arrondissement.

 Histoire

Ouverte en 1903 pour faire face au développement du trafic, notamment de charbon, dans les gares locales de marchandises de la Petite Ceinture, la gare des Gobelins fut desservie par le rail jusqu’en 1993. Aujourd’hui, elle est toujours desservie...mais par camions et abritent des magasins de gros de produits asiatiques et le garage d’un loueur de voitures.

Plan des installations de la gare aux marchandises de Paris-Gobelins en 1914
Chemin de fer de Ceinture. Document de 1914. Collection Pierre Tullin. Cliquer pour agrandir.

Chantier d’un charbonnier à la gare marchandises des Gobelins
L’un des clients de la gare des Gobelins : la société des Charbonniers Réunis Au fond, la rue de Tolbiac.


Autre client de la gare des Gobelins, la société d’échafaudages Hector Lièvre et Cie
Cette société était localisée 65 avenue d’Ivry.

Dans les années Soixante-Dix, elle fut reconstruite pour devenir souterraine, lors de l’aménagement du quartier des Olympiades. Sa reconstruction pris « la forme d’une gare [...] à deux niveaux de surfaces sensiblement équivalentes : un niveau supérieur dit “Gare”, desservi par un faisceau de cinq voies dont quatre de deux cent cinquante mètres, et un niveau inférieur dit “Halle”, accessible aux camions ». [1]

A view of a freight train in the Les Gobelins yard, in the 13th borough, in 1985

Après la Seconde Guerre Mondiale, le trafic de charbon laissa la place progressivement la place à un trafic de produits alimentaires et de produits de consommation courante. En 1990, cette gare a reçu « 460 wagons de marchandises pour 14 600 tonnes, essentiellement des produits alimentaires et des jus de fruit. ». [2]. Ainsi, la gare des Gobelins approvisionnait encore un supermarché de produits asiatiques bien connu du 13e arrondissement.

Cette desserte fut interrompue afin de couper temporairement la Petite Ceinture à Tolbiac et permettre ainsi le début des travaux de la ZAC Seine-Rive Gauche. À cette coupure s’ajoute celle des travaux d’élargissement du pont de la rue de Patay, dans le cadre des travaux de prolongement de la ligne de tramway T3. La continuité de la Petite Ceinture devrait être rétablie d’ici 2014.

Un projet de fret urbain, officiellement nommé « logistique urbaine » et à l’étude depuis plusieurs années, vise à réactiver la desserte ferroviaire de la gare des Gobelins.

Espérons que le succès de l’approvisionnement des magasins Monoprix, lancé en mars 2008, relancera ce projet, ce qui permettrait de réduire les circulations de camions dans Paris et sa proche couronne.

Panneau SNCF d’annonce de la gare des Gobelins.
Ce panneau, qui date des années Soixante-Dix, est situé rue Regnault à l’angle avec la rue Nationale. Cliché : Bruno Bretelle Tous droits réservés.


Panneau d’affichage RFF-Icade donnant la liste des locataires de la gare des Gobelins.
Cliché pris en août 2011. Cliché : Bruno Bretelle Tous droits réservés.

 Aller plus loin

- Sur ce site, un reportage photographique de Didier Duforest sur la desserte marchandises de la Petite Ceinture Sud en 1985,
- Sur ce site, des photographies contemporaines de la Petite Ceinture dans le 13e arrondissement,
- Sur ce site, un voyage virtuel sur la Petite Ceinture vers 1900,
- Sur le site des Archives de la Ville de Paris, le plan parcellaire du quartier de la porte d’Ivry au début du XXe siècle où figure la gare aux marchandises des Gobelins et le raccordement de cette gare avec la Petite Ceinture.

 Bibliographie

[1] B. Carrière. La Saga de la Petite Ceinture, éditions de la Vie du Rail., page 198.
[2] Ibid., page 202.