Dépôt de locomotives de l’Évangile

, par Bruno Bretelle

Adresse : 25 boulevard Ney, 75018 Paris.

Établissement nécessaire à l’entretien des locomotives qui tractent les trains de la Petite Ceinture, il a été actif pendant un siècle, mais sa localisation est difficile à trouver parmi les nombreux rails qui irriguent le Nord-Est parisien. Voici quelques informations pour éclaircir le sujet.

Coincé à l’Est de la porte de La Chapelle entre les voies de la Petite Ceinture et le boulevard Ney, ce dépôt assure l’entretien des locomotives des services locaux respectifs de voyageurs et de marchandises de la Petite Ceinture. Il est créé en 1870 lorsque le Chemin de fer de Ceinture acquiert ses premières locomotives. Après la dissolution du Syndicat des Ceintures en 1935, il sert de dépôt-relais pour les locomotives à vapeur ou diesel appartenant à la Compagnie du Nord, puis à la SNCF à partir de 1938. Il est fermé vers 1972 et ses installations sont démolies dans les mois qui suivent.

 Le dépôt vers 1900

Plans des installations du dépôt de l’Évangile en 1878
Le boulevard Ney (et donc le Nord) est en bas du plan.

Au début du XXe siècle, il dispose d’installations nécessaires pour l’exploitation d’un service ferroviaire à vapeur : une remise à deux voies, un atelier à trois voies et un parc à coke (charbon). À l’Est de ces installations est adossé le pavillon avec jardin du chef de dépôt !

Compte-tenu de l’exiguïté des lieux, une annexe est créée 350 mètres plus loin à l’Est, près de la rue d’Aubervilliers. Elle comporte un second atelier à une voie, les réservoirs d’eau et les locaux pour les mécaniciens. [1]

Plans des installations du dépôt de l’Évangile en 1909
Le dépôt principal et l’annexe sont situés au Nord des voies de la Petite Ceinture, le dépôt principal du côté de la porte de La Chapelle, l’annexe du côté de la porte d’Aubervilliers. La gare d’Aubervilliers est une gare aux marchandises de la Petite Ceinture.

Plan des installations de la gare aux marchandises d’Aubervilliers en 1914
Chemin de fer de Ceinture. Document de 1914. Collection Pierre Tullin. Cliquer pour agrandir.

L’emplacement de ce dépôt n’est pas le fruit du hasard : accolé à l’usine à gaz de la Ville de Paris, la récupération du coke utilisé par les locomotives à vapeur n’en est que plus simple !

Voici deux (rares) illustrations de l’activité de ce dépôt qui montrent des scènes de lavage..

Scène de lavage au dépôt de l’Évangile vers 1900
L’employé semble arrosé le parc à coke (charbon). Au fond, on aperçoit un signal mécanique sur le pont qui relie les voies de la Petite Ceinture à celles de la gare du Nord.
Lavage d’un fourgon au dépôt de l’Évangile vers 1900
Au fond l’atelier à deux voies construit en moellon. Sur la pompe à bras, il est marqué « Ceinture dépôt ».

 Évolution du site du dépôt entre 1954 et 1977

Voici quelques images, issues de photographies aériennes de l’Institut Géographique Nationale, qui montrent l’évolution du site du dépôt entre 1954 et la fin de son activité dans les années Soixante-Dix.

Vue du dépôt de l’Évangile en 1954
Le dépôt est devenu un relais pour les locomotives diesel qui parcourent la Petite Ceinture. ©Institut Géographique National.
Annexe du dépôt de l’Évangile en 1954
Cette annexe, comprenant un atelier à une voie, un château et les locaux pour les mécaniciens, est située du côté de la porte d’Aubervilliers. ©Institut Géographique National.
Vue du dépôt de l’Évangile en 1973
Le dépôt est en cours de démolition. ©Institut Géographique National.

Emplacement dépôt de l’Évangile en 1977
Il ne reste plus rien des installations. ©Institut Géographique National.

Notes

[1La Petite Ceinture de Paris, André Jacquot, Éditions de l’Ormet, 1991