Bureaux des agents préposés au service des trains (1900)

, par Bruno Bretelle

Découvrons les vestiges d’un patrimoine très méconnu de l’exploitation du service de voyageurs de la Petite Ceinture : les bureaux des agents préposés au service des trains. Ces édicules furent installés sur les quais des gares de voyageurs de la Petite Ceinture pour faciliter la gestion de la circulation des trains.

 Historique

À l’approche de l’Exposition Universelle de 1900, le Comité d’exploitation des deux Ceintures (Petite et Grande) décida d’installer sur les quais des gares de voyageurs de la Petite Ceinture, des bureaux pour les agents préposés au service des trains, comme il en existait sur les quais de la ligne de Paris Saint-Lazare à Auteuil. [1] Ces bureaux étaient donc inspirés de ceux que la Compagnie des Chemins de fer de l’Ouest avait installés sur cette ligne.

Ils facilitaient le travail des agents des gares chargés de gérer l’important trafic ferroviaire durant l’Exposition Universelle de 1900. N’oublions pas que cette année-là, 39 millions de voyageurs furent transportés sur la Petite Ceinture.

Sur les photographies anciennes de la Petite Ceinture, on peut distinguer deux modèles de ces bureaux :

  • Un modèle pour les stations situées à cheval sur les voies, où les quais sont en tranchée ;
  • Un modèle pour les stations situées le long des voies.

Nous allons traiter dans cet article du premier modèle, car c’est le seul dont il reste des vestiges.

 Bureaux des agents pour les stations à cheval sur les voies

Ces cartes postales nous permettent d’identifier les matériaux utilisés : structure métallique, toit en zinc et murs en briques émaillées. Des motifs en forme de losange, dont l’emploi était courant vers 1900, décorent le bas des murs extérieurs.

Des protections (rideaux ?) permettent de préserver l’intimité du travail des agents. Les câbles noirs qui descendent du haut du mur de soutènement peuvent être des câbles télégraphiques, en usage vers 1900 pour la communication entre les gares de la Petite Ceinture, ou des câbles de téléphone

Bureau des agents- du service des trains sur le quai extérieur de la gare de Montrouge-Ceinture vers 1900.
Le bureau est encastré dans une niche aménagée dans le mur de soutènement de la tranchée. La cheminée du poêle, à charbon ou à bois, servant de chauffage, dépasse du toit du bureau.
Bureau des agents- du service des trains sur le quai extérieur de la gare de La Maison-Blanche vers 1900.
Cette carte postale colorisée met en valeur les matériaux utilisés : structure métallique, toit en zinc et murs en briques émaillés. Des motifs en forme de losange, dont l’emploi est courant vers 1900, décorent le bas des murs extérieurs.
Détail des façades du bureau des agents du service des trains à la gare de La Maison-Blanche, vers 1900.
L’agent attend le train devant le bureau, attentif au respect des horaires.

 Vestiges du bureau de la gare de Montrouge-Ceinture

Les vestiges d’un de ces bureaux subsistent aujourd’hui (mai 2012) sur le quai extérieur de la station Montrouge-Ceinture, caché sous la dalle qui recouvre la tranchée derrière le bâtiment des voyageurs. Ces vestiges, qui peuvent intriguer par leur aspect fantomatique, sont donc un témoin direct de l’exploitation du service de voyageurs sur la Petite Ceinture, du temps où celle-ci était encore envisagée pour servir de base au Chemin de fer Métropolitain parisien.

Vue générale des vestiges du bureau des agents de service des trains à la gare de Montrouge-Ceinture.
Vue prise en septembre 2011. Ne restent du bureau que la structure métallique et, amoncelées en tas, des restes brisées des briques émaillées qui formaient les murs extérieurs du bureau. Cliché : Bruno Bretelle tous droits réservés.
Vue latérale des vestiges du bureau des agents de service des trains à la gare de Montrouge-Ceinture.
On aperçoit, située derrière la structure métallique de l’édicule, la niche aménagée dans le mur de soutènement. Cliché : Bruno Bretelle tous droits réservés.
Détail des consoles du bureau des agents de service des trains à la gare de Montrouge-Ceinture.
Un souci louable d’ornementation des architectes de l’époque pour un simple édicule de service ! Cliché : Bruno Bretelle tous droits réservés.

 Reconstitution des façades du bureau de la gare de Montrouge-Ceinture

L’étude des dimensions de la structure métallique et des briques émaillées [2] subsistantes, associée à l’étude des photographies anciennes figurant ci-dessus, nous ont permis de reconstituer l’apparence originelle de ce bureau.

Notons la forte ressemblance, tant en terme de style architectural qu’en terme de matériaux utilisés, avec les bureaux des agents de service des trains des premières lignes du métro parisien construites elles-aussi au début du XXème siècle !

Reconstitution de la façade principale du bureau des agents de service des trains à la gare de Montrouge-Ceinture.
Les couleurs des briques émaillées sont restituées à partir de vestiges recueillis sur le quai de la gare de Montrouge. Dessin : Bruno Bretelle. ASPCRF tous droits réservés.
Reconstitution des faces latérales du bureau des agents de service des trains à la gare de Montrouge-Ceinture.
Ces bureaux possèdent un style rappelant les bureaux des agents de service des trains du chemin de fer Métropolitain parisien, construits à la même époque. Dessin : Bruno Bretelle. ASPCRF tous droits réservés.

Notes

[1Comité d’exploitation des deux Ceintures, séance du 27/09/1899. CAMT série 202 AQ.

[2Les briques émaillées utilisées sont des briques creuses en ciment (6 cm de largeur, 6 cm de profondeur, 12 cm ou 24 cm de longueur)