Budget participatif : proposition d’un train de découverte sur la Petite Ceinture

, par Association Sauvegarde Petite Ceinture (ASPCRF)

 Juillet 2015 : refus de notre proposition par la Ville de Paris

Notre projet n’a pas été retenu pour être proposé au vote des Parisiens en septembre 2015. Mais nous ne baissons pas les bras !

« Bonjour et merci de l’intérêt que vous manifestez pour le Budget Participatif. Nous vous informons toutefois que votre contribution ne pourra être soumise au vote des parisiens.

En effet, le protocole cadre conclu entre la Ville et SNCF Réseau permet d’ouvrir le site de la petite ceinture pour y réaliser des aménagements légers et compatibles avec la réouverture possible de cet ouvrage à un usage ferroviaire. Cependant l’état du linéaire ferré actuel nécessite un diagnostic technique et une remise à niveau éventuelle indépendantes de la municipalité, ce qui ne permet pas d’envisager la réalisation de votre projet dans le cadre du budget participatif.

Merci de votre participation et rendez-vous entre le 10 et 20 septembre prochains sur le site www.budgetparticipatif.paris.fr ou dans l’un des équipements disposant d’une urne, pour voter sur les projets sélectionnés dans le cadre du budget participatif »

 Succès de notre proposition de train de découverte

La Ville de Paris se félicite du succès de l’opération médiatique « Budget participatif », et le quotidien « Le Parisien », dans son édition parisienne du 17 mars 2015, remarque que la proposition que nous portons est l’une des plus soutenues et commentées parmi 5115 idées soumises !

Notre proposition a recueilli 120 soutiens et 61 commentaires, malgré la mauvaise ergonomie du site de la Ville de Paris concernant la procédure d’inscription.

Page de la proposition publiée sur le site du budget participatif 2015

Notre association a proposé sur la plateforme du budget participatif, un projet de train de découverte à vitesse réduite sur la Petite Ceinture.

Au delà du train, il s’agirait de travailler avec les écoles de la Ville, les associations de quartier afin de proposer un évènement à caractère social, écologique, citoyen et fédérateur.

Pour soutenir ou commenter notre proposition, n’hésitez pas à vous rendre sur le site de la Ville de Paris (pour soutenir ou commenter, il faut s’inscrire) !.

 Objectif de l’idée

Faire circuler un train de découverte dans un jardin, sur la Petite Ceinture.

 Descriptif de l’idée proposée

Notre projet est de compléter les projets de promenade, notamment là où elles sont impossibles à réaliser, tout en renforçant le rôle social de la Petite Ceinture et en maintenant l’équilibre entre l’accès du public au site et le respect de la biodiversité.

La Petite Ceinture étant une voie ferrée qui a vu circulé des voyageurs pendant des décennies, notamment pour le transport local qui a donné les nombreuses gares qui subsistent le long de son parcours, pourquoi tout simplement de ne pas associer aux aménagements de promenade réalisés ou en projet, finalement d’une longueur assez faible (environ 3 kilomètres sur 23 kilomètres disponibles), la circulation d’un train de découverte ?

Carte de la Petite Ceinture.
En gras, le parcours du train spécial du 22 juin 2003.

Ce train circulerait une à deux fois en journée, le samedi par exemple, ce qui éviterait de gêner les riverains. Il permettrait de traverser les tunnels et les sections en tranchées profondes, aujourd’hui inaccessibles.

Il permettrait ainsi de découvrir Paris avec un point de vue insolite, en parcourant une voie ferrée située hors des sentiers battus et dont le parcours permettrait de découvrir la géographie et l’histoire parisiennes de manière originale.

Le train circulerait à vitesse réduite (environ 5 km/h) afin de permettre aux voyageurs de prendre le temps de découvrir les paysages traversés et d’écouter le commentaire historique et géographique tenu à bord.

Ce train permettrait également aux voyageurs de découvrir les actions locales, réalisées tant par les associations d’insertion qui entretiennent aujourd’hui la Petite Ceinture que par les associations des quartiers traversés ou les gares réhabilitées.

Il jouerait ainsi un rôle social et citoyen transgénérationnel et transquartiers. Par exemple, un partenariat avec les écoles, les centres d’animation et les associations des quartiers traversés permettrait à toutes les générations de découvrir la ligne et son histoire, et de la parcourir. Ce train de découverte permettrait également de découvrir la biodiversité présente sur la ligne sans la perturber, tout en offrant une fréquentation importante grâce à la capacité du train (plusieurs centaines de personnes).

Il s’agit d’un véritable projet de mixité des usages de la Petite Ceinture. Le train complète les aménagements de promenade. Il les prolonge même, en permettant aux promeneurs de continuer le parcours de la Petite Ceinture grâce au franchissement des tunnels et des tranchées profondes. Ce «  train dans un jardin » renforcerait l’attractivité touristique de Paris au travers d’un projet à la fois social, culturel, écologique et citoyen.

 Situation actuelle - diagnostic

Aménagement de la promenade sur la Petite Ceinture dans le 15e arrondissement : un exemple de mixité des usages
Vue vers l’Ouest depuis le pont de la rue du Hameau (juillet 2013). Les gardes-corps de part et d’autre de la plat-forme du talus sécurisent le site en cas d’évacuation d’un train de voyageurs circulant sur la voie située à gauche sur la photographie. Cliché : Bruno Bretelle tous droits réservés.

Mystérieuse et excitant la curiosité de nombreux franciliens et touristes, la Petite Ceinture ferroviaire est très difficile d’accès car la ligne est sur la quasi-totalité de son parcours située soit en-dessous, soit au-dessus du niveau de la voirie. Cette situation est due au fait que cette ligne circulaire traverse des collines et vallées parisiennes, et que jusqu’en 1993, fin du trafic de marchandises de la SNCF, la ligne ne comportait pas de passage à niveau. Par conséquent, sur les 23 kilomètres Sud, Est et Nord de la ligne ne connaissant pas de trafic ferroviaire régulier depuis 1993, environ la moitié sont en tunnel ou en tranchée profonde encadrée de tunnels. Cette topographie rend nécessaire la présence de nombreux escaliers, rampes et ascenseurs pour réaliser des aménagements de promenade sur la Petite Ceinture.

Sur la promenade réalisée par la Ville de Paris en partenariat avec la SNCF et RFF (aujourd’hui SNCF Réseau) dans le 15e arrondissement, 4 ascenseurs ont été mis en service sur seulement 1,3 kilomètres. La présence des nombreux et longs tunnels, sans accès pompiers, empêche l’accès à de longues sections de la Petite Ceinture et limite ainsi en longueur l’établissement de nouvelles promenades. La réalisation d’accès pompiers augmenterait fortement le coût d’aménagement. Ainsi, il a été rendu impossible de prolonger la promenade du 15e arrondissement de la rue Olivier de Serres au Parc Georges Brassens à cause de la présence d’un tunnel d’environ 300 mètres de longueur.

Par ailleurs, un projet de promenade pose le problème de la compatibilité entre l’ouverture au public de la plate-forme de la Petite Ceinture et le maintien des paysages et de la biodiversité existants sur celle-ci actuellement.

Deux autres problèmes se posent également pour un projet de promenade : le risque d’une faible fréquentation, surtout en hiver, au regard du coût des aménagements réalisés, notamment les accès, et la question de la tranquillité des riverains.

Notons que depuis mars 2006, malgré son caractère d’apparent abandon, la Petite Ceinture fait l’objet d’un entretien réalisé par une quarantaine de personnes appartenant à des associations d’insertion travaillant pour le compte de Réseau Ferré de France et de la SNCF, en partenariat avec la Ville de paris et la Région Île-De-France. Ces associations nettoient la plate-forme de la Petite Ceinture en enlevant les déchets jetés par ceux qui la confondent avec une décharge, entretiennent la végétation et maintiennent dégagé de toute végétation le gabarit ferroviaire autour des voies, afin de permettre la circulation d’un train à tout moment. Ainsi, la Petite Ceinture joue depuis 2006 un rôle social.

Des membres d’un chantier d’insertion sur la Petite Ceinture, vers la rue Friant.
Les membres de cette équipe semblent perdus au fond de cette profonde tranchée. Cliché : Bruno Bretelle. Tous droits réservés.

Enfin, le Schéma Directeur de la Région Île-de-France 2030 (SDRIF), adopté fin 2013, revient sur le devenir de la Petite Ceinture de la manière suivante : « La Petite Ceinture verra son linéaire maintenu. Sa vocation ferroviaire et ses usages seront à considérer en fonction des tronçons concernés (ferroviaires, transports légers, trame verte) tout en veillant à la réversibilité des aménagements. Enfin, l’urbanisation dans leur environnement immédiat devra être compatible avec l’activité de ces sites. »

 Le projet a déjà été expérimenté au sein d’un autre organisme ?

Train de découverte du 22 juin 2003 au droit de la station du Pont de Flandre

Des trains spéciaux ont été organisés de 1999 à novembre 2003 sur les sections Nord et Est de la Petite Ceinture par l’Association pour la Sauvegarde de la Petite Ceinture et de son Réseau Ferré (ASPCRF) et le COPEF, en partenariat avec la SNCF et réseau Ferré de France au départ et à l’arrivée de la gare du Nord.

Ces circulations, assurées au moyen d’autorails modernes en service en Picardie, ont attiré un large public, notamment composé de familles, mélangeant les milieux sociaux et les générations. Par exemple, les circulation du 22 juin 2003, organisées sans réservation, ont rencontré un succès inattendu : 1000 personnes sont montées à bord du train et environ 800 n’ont pu monter à bord.

Cette circulation a été annoncé ou fait l’objet de reportages dans plusieurs médias : Télérama, Le Parisien, le Journal Du Dimanche, Métro, Paris Boum-Boum, 20 Minutes et France 3 Île-De-France. En terme de tarification, le principe appliqué à ces trains et qui serait appliqué aux futurs trains de découverte serait de fixer un prix du billet équivalent au prix d’une place de cinéma (environ 10 Euros), avec la gratuité ou un tarif réduit pour les enfants jusqu’à un certain âge. Voir cette page sur le site de l’Association Sauvegarde Petite Ceinture pour plus d’informations. De nombreux trains spéciaux ont été également réalisés de 1966 à 1993, mais ils visaient plus un public d’amateurs de chemins de fer que le grand public et les prix des billets étaient plus élevés que celui d’une place de cinéma.

Le coût total du projet est à définir par des études techniques. La Petite Ceinture étant une voie ferrée appartenant à l’État et gérée aujourd’hui par SNCF et SNCF Réseau, il revient à ces entités de définir les conditions techniques de circulation de ces trains de découverte, en partenariat avec la Ville de Paris. Nous donnons donc une valeur indicative concernant la partie du coût incombant à la Ville de Paris.