25 février 2017 : 150e anniversaire de la Petite Ceinture Rive Gauche et du service circulaire de Ceinture

, par Association Sauvegarde Petite Ceinture (ASPCRF)

La Petite Ceinture Rive Gauche est mise en service le 25 février 1867 pour le transport des voyageurs et des marchandises. Cette section relie l’extrémité Sud de la Petite Ceinture Rive Droite à celle de la ligne d’Auteuil, toutes deux mises en service en 1854 mais jusqu’à présent exploitées indépendamment l’une de l’autre.

Nous abordons dans cet article la construction de la Petite Ceinture Rive Gauche, le démarrage du service des trains circulaires du Chemin de fer de Ceinture et la desserte de l’Exposition Universelle de 1867.

 La construction de la Petite Ceinture Rive Gauche

Le tracé de la Petite Ceinture Rive Gauche est à peu près parallèle à la ligne des fortifications et s’en rapproche le plus possible pour éviter les groupes d’habitations et diminuer ainsi les dépenses d’expropriation (voir le plan général [1]). Il traverse sur 10 478 mètres les 16e, 15e, 14e et 13e arrondissements. [2]

Carte des quatre sections constituantes de la Petite Ceinture et les dates de leurs mises en service respectives
Au nord et à l’Est, en Bleu foncé, la Petite Ceinture Rive Droite (1854). À l’Ouest, en bleu clair, la ligne d’Auteuil (1854). Au Sud, en vert, la Petite Ceinture Rive Gauche (1867). Au Nord-Ouest, en rouge, le Raccordement de Courcelles (1869).

Comme la ligne d’Auteuil, la Petite Ceinture Rive Gauche est construite sans passage à niveau. Parmi tous les ouvrages d’art (ponts , viaducs, talus, tranchées et tunnels) qui la composent, deux se distinguent par leur taille et l’ampleur des travaux qu’a nécessité leur construction :

  • Un viaduc en pierre d’environ 1,6 kilomètres de longueur, qui comporte la première station aérienne d’un chemin de fer urbain à Paris, la station du Point-du-Jour ;
  • Le tunnel de Montsouris, long de 900 mètres, qui traverse les anciennes carrières de calcaire du Sud de Paris.
Vue des quais de la station Point-du-Jour vers la Seine
Vue aérienne de la station en direction de la Seine. Au premier plan, le carrefour du boulevard Exelmans et de l’avenue de Versailles. Au loin, les collines du 15e arrondissement.

La section en viaduc, d’une longueur totale de 1591 mètres, comporte trois parties :

  • Le viaduc d’Auteuil, compris entre la station Auteuil-Boulogne et l’avenue de Versailles, long de 1073 mètres,
  • Le viaduc du Point-du-jour, compris entre l’avenue de Versailles et le quai Louis Blériot, d’une longueur de 155 mètres, où se trouve la station homonyme,
  • Le pont-viaduc sur la Seine, d’une longueur de 243 mètres [3], (remplacé depuis le début des années 1960 par le pont du Garigliano)
  • Enfin, côté 15e arrondissement, le viaduc du Javel, compris entre le quai et l’origine des remblais, d’une longueur de 120 mètres.
Un train franchit le viaduc d’Auteuil, vers 1900.
Le viaduc d’Auteuil fut mis en service en 1867 et démoli en 1960.

Sur environ 6 kilomètres, la ligne traverse des terrains occupés par d’anciennes carrières de calcaire, dont la consolidation a nécessité des travaux longs et difficiles. Par exemple, à l’entrée ouest du tunnel de Montsouris, les cavages se rencontrent à 9 mètres au-dessous de la plate-forme du chemin de fer. À la tête opposée du tunnel, le sol des carrières se trouve à 5 mètres au-dessus de la plate-forme. [4]

Sortie du tunnel de Montsouris et tranchée du parc Montsouris en 1867
Gravure parue dans l’hebdomadaire l’Illustration en 1867.

 Le service des trains circulaires du Chemin de fer de Ceinture

Depuis le 14 juillet 1862, les trains service urbain de voyageurs du Chemin de fer de Ceinture effectuent des navettes sur la Petite Ceinture Rive Droite. La mise en service de la Petite Ceinture Rive Gauche permet la circulation des premiers trains qualifiés de « circulaires », qui permettent de faire le tour complet de Paris entre la gare de Paris Saint-Lazare et la station de l’Avenue de Clichy, située porte de Clichy. Ce service circulaire est prolongé en 1869, avec la mise en service du raccordement de Courcelles, de la station de l’Avenue de Clichy à celle de Courcelles-Ceinture.

Sur la ligne d’Auteuil, le service circulaire de Ceinture se superpose au service urbain de voyageurs propre à cette ligne et ouvert en 1854.

Gare de Vaugirard-Ceinture en 1867
Gravure parue dans l’hebdomadaire l’Illustration en 1867.

Pont de la rue Brancion sur la Petite Ceinture en 1867
Gravure parue dans l’hebdomadaire l’Illustration en 1867.

Gare de l’Ouest-Ceinture en 1867
Gravure parue dans l’hebdomadaire l’Illustration en 1867.


Gare de l’Ouest-Ceinture en 1867 - vue vers l’Ouest
Gravure parue dans l’hebdomadaire l’Illustration en 1867.

Gare de Montrouge-Ceinture et entrée du tunnel de Montsouris en 1867
Gravure parue dans l’hebdomadaire l’Illustration en 1867.

Gare du Parc Montsouris en 1867
Gravure parue dans l’hebdomadaire l’Illustration en 1867.

Gare de la Maison-Blanche en 1867
Gravure parue dans l’hebdomadaire l’Illustration en 1867.

Gare de l’Orléans-Ceinture en 1867
Gravure parue dans l’hebdomadaire l’Illustration en 1867.

 La Petite Ceinture Rive Gauche et l’Exposition Universelle

Outre la desserte des quartiers traversés pour le service de marchandises et de voyageurs, la mise en service de la Petite Ceinture Rive Gauche a pour objectif de desservir pour la première fois une Exposition Universelle parisienne au moyen du chemin de fer. Dans le 15e arrondissement, à proximité de la Seine, dans le quartier de Grenelle, un embranche­ment provisoire conduit jusqu’au Palais de l’Exposi­tion Universelle de 1867. Cet embranchement construit sur les rem­blais provenant en grande partie des chantiers du Trocadéro est destiné plus tard à être supprimé, et les terres qui en constituent la plate-forme serviront, une fois l’Exposition terminée, à élargir et à améliorer le quai. [5]