160e anniversaire de la ligne d’Auteuil, ou la naissance du chemin de fer métropolitain

, par Association Sauvegarde Petite Ceinture (ASPCRF)

Affiche du RER C consacrée au 160e anniversaire de la ligne d’Auteuil
Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

La ligne d’Auteuil, dont une grande partie est réutilisée par le RER C depuis 1988, fête aujourd’hui son 160e anniversaire. Cette ligne, qui initialement reliait la gare de Paris-Saint Lazare au quartier de la Porte d’Auteuil, voit circuler des trains de voyageurs depuis le 2 mai 1854, à l’exception de l’interruption de trafic nécessaire à son intégration au RER C entre 1985 et 1988.

À cette occasion, une campagne d’affichage est organisée dans les gares du RER C de Porte de Clichy, Pereire-Levallois, Neuilly-Porte Maillot, Avenue Foch, Avenue Henri Martin, Boulainvilliers, Avenue du Président Kennedy et Champs de Mars, du 2 au 20 mai 2014.

 Créée pour une opération alliant transport et urbanisme

Gare de Courcelles-Levallois (aujourd’hui Pereire-Levallois) en 1854
Construite au milieu de terrains à bâtir, elle semble bien isolée !

La principale particularité de la ligne d’Auteuil est d’être la première ligne de chemin de fer urbain mise en service en France. L’idée de cette ligne germa dans les esprits de deux grands banquiers du Second Empire, les frères Emile et Isaac Pereire. Déjà fondateurs de la première ligne de chemin de fer de voyageurs en France, reliant Paris au Pecq dès 1837, ils eurent l’idée de participer au remodelage de Paris initié sous le Second Empire en offrant un moyen de transport rapide et moderne pour l’époque, le chemin de fer, à la population parisienne travaillant ou vivant dans les quartiers proches de la gare Saint Lazare. Grâce au train, les Parisiens pouvaient aller prendre l’air sur les collines de Passy et d’Auteuil, qui n’étaient encore que des villages, ou profiter du Bois de Boulogne en cours d’aménagement. Mais le train était également un argument de promotion immobilière : l’idée des frères Pereire était de lotir les terrains longeant la ligne puis de vendre les logements construits. À charge pour eux d’aménager à leurs frais une voie de part et d’autre de la ligne, le futur boulevard Pereire !

Entrée d’un train en gare de Passy.
Un train de la Compagnie des Chemins de fer de l’Ouest en provenance de Saint-Lazare, terminus Auteuil, entre en gare.

Afin de faciliter l’urbanisation des quartiers traversés, la ligne d’Auteuil fut construite en tranchée afin d’éviter les passages à niveau. Grande innovation pour l’époque, les gares furent construites à cheval au-dessus des voies pour minimiser l’emprise au sol et faciliter la circulation des voyageurs. Leur architecture s’inspira du style classique des pavillons des châteaux des 18e et 19e siècles. La façade côté rue présente des pans coupés afin de respecter le règlement d’urbanisme de l’époque. Les gares de Pereire-Levallois et de l’Avenue Henri-Martin sont encore aujourd’hui deux témoins de cette architecture.

 Reconstruite pour l’Exposition Universelle de 1900

À la fin du XIXe siècle, la ligne d’Auteuil est proche de la saturation, du fait de la superposition des trains propres à la ligne, des trains circulaires de la Petite Ceinture et des trains circulaires de la gare de Paris-Nord. En 1896, 65 000 voyageurs en moyenne fréquentent quotidiennement la section comprise entre les actuelles gares de Pereire-Levallois et de l’Avenue Henri-Martin. En heure de pointe, les trains se succèdent à la fréquence d’un train toutes les trois minutes. Un exploit quand on sait que la traction est alors assurée par des locomotives à vapeur et que la signalisation est mécanique !

la gare du Champs de Mars durant l’Exposition Universelle de 1900

Pour faciliter la desserte de l’Exposition Universelle organisée en 1900 au Champs de Mars, il est décidé en 1897 de relier la ligne d’Auteuil à la station Champs de Mars au moyen du raccordement dit « de Boulainvilliers ». La construction de ce raccordement préfigure le principe qui sera repris des décennies plus tard lors de la création du RER C, à savoir relier des lignes existantes pour faciliter la circulation des voyageurs en Île-de-France. C’est ce qu’on appelle « renforcer l’effet réseau ».

Mais pour faire face au surcroît de trafic engendré par la desserte de l’Exposition Universelle au moyen de ce raccordement, il est décidé de doubler les voies entre les actuelles gares de Pereire-Levallois et de l’Avenue Henri-Martin. À cette occasion, les gares de Neuilly-Porte Maillot et de l’Avenue Foch sont déplacées et reconstruites dans un style prestigieux adapté au standing des quartiers desservis.

L’architecte chargé de leur conception est Juste Lisch, architecte notamment des gares Saint-Lazare et des Invalides. Pour la gare de l’Avenue Foch, il s’inspire comme pour la gare des Invalides du Grand Trianon de Versailles, de sorte que la première apparaît comme une version réduite de la seconde. De par sa localisation au pied de la prestigieuse avenue Foch, cette gare est utilisée pour accueillir les chefs d’État étrangers jusqu’à la fin des années Cinquante. L’arrivée du couple royal britannique en juillet 1938 marqua notamment les esprits, à telle point qu’elle fut reprise en 1957 dans le film « La Parisienne » avec Charles Boyer et Brigitte Bardot. Cette fréquentation prestigieuse fit que cette gare fut rapidement surnommée « la Gare des Souverains ».

 Électrifiée puis intégrée partiellement au RER C

Entrée d’une rame Standard en gare de Passy - La Muette.
A l’entrée de Passy - La Muette, une rame se dirigeant vers Pont Cardinet (juin 1976). Cliché : Alain Iliovici. Tous droits réservés.

Mais concurrencée par le métro parisien, construit indépendamment des lignes de chemin de fer existantes, la ligne d’Auteuil verra son trafic rapidement décliner à partir de la première décennie du XXe siècle. Elle sera cependant électrifiée par troisième rail comme l’ensemble des lignes de proche banlieue de la gare Saint-Lazare en 1925, avant de reprendre un second souffle grâce à son intégration au RER C depuis 1988.

Du Paris d’Haussmann au Grand Paris, la ligne d’Auteuil est métropolitaine depuis 160 ans !

<doc